Paris bonjour au revoir, livre oulipien, par Benoît Grimalt, photographe

le
benoit-4
© Benoît Grimalt

Paris bonjour au revoir, de Benoît Grimalt est un livre simple – pourquoi pas ? – paru chez les très inventives éditions Paris-Brest, sises à Nantes.

Son principe en est perecquien : traverser Paris du Nord au Sud en n’empruntant que des rues, avenues, places, boulevards, commençant par la lettre C – mais aussi la S/Ceine -, idée exprimée par l’auteur de La Disparition dans Espèces d’espaces en 1974.

Voici donc un trajet en photographies et mots entre la porte de Clichy et la porte de Choisy.

benoit-3
© Benoît Grimalt

Elles pourraient être banales ces images – et alors ? -, si chaque fois un détail ou un ensemble de signes ne venait questionner le regard.

Pas très glamour la porte de Clichy, et pourtant que de stries, que de lignes, que d’informations, que de traces diverses, sur le sol, sur les murs, sur les poteaux indicateurs, organisés en une sorte de capharnaüm calme entrelaçant les strates temporelles.

Transitions subtiles entre les images, là un bout de voiture, là une grue, là un arbre reprenant la verticale.

benoit-5
© Benoît Grimalt

Benoît Grimalt s’amuse, mais attention, il est très sérieux, photographiant une nature morte de canettes de bière et de coca, la désignant ainsi « Ecole de Paris ».

La rue va, l’ anti-moraliste allègre note des scènes, qu’il ne photographie pas forcément.

Des affiches de films datent les prises de vue (Fatima, de Philippe Faucon), mais surtout, dans le plus ordinaire de ce qui se joue là, sur le macadam, il y a des intersignes, ce magico-existentiel si cher à André Breton.

benoit-6
© Benoît Grimalt

Mais Monsieur Grimalt n’est pas Artaud, il n’en rajoute pas dans le délire prophétique, il est là, c’est tout, sûrement mal réveillé, un peu ailleurs, le sac à dos de travers, et c’est parfait.

On marche avec lui dans son beau manuel de détourisme (pour comprendre, lire toutes les œuvres de Frédéric Barbe aux éditions A la criée).

Paris lit, s’accoude, skate, flâne, prend la pose, bouchonne.

benoit-7
© Benoît Grimalt

Tiens voilà Capucine, boulevard des Capucines.

Tiens, voilà Théophile, Prince des Poëtes, grignotant un petit quelque chose rue du Cardinal Lemoine : « A la boulangerie La Parisienne, j’achète un éclair à la vanille pour reprendre des forces. »

Fantômes de Joyce, Hemingway et Grimalt le Grimaldien traîne-savate de l’avenue du duc de Choisy.

Paris bonjour au revoir est un hommage oulipien à Françoise Sagan.

Peut-être.

1_paris-brest

Benoît Grimalt, Paris bonjour au revoir, éditions Paris-Brest (Nantes), 2020 – 100 exemplaires numérotés

Hello : Benoît Grimalt

Paris-Brest Publishing

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Jean-Luc Chesneau dit :

    Je me souviens de post-situs qui avaient créé l’Ouranpo (Ouvroir de randonnée potentielle). Les parcours reposaient sur le même principe, ou alors une rue à droite, puis deux rues à gauche, puis une à droite (toutes variations possibles), ou alors des noms de rues sans E (Perec, bien sûr) ou avec un A…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s