The Eclipse, une passe magnétique, par Stéphane Charpentier, photographe

14-Stephane_Charpentier_B112-11

©Stéphane Charpentier

Parce qu’il fallait témoigner, parce qu’il fallait tenter d’inventer d’autres possibilités de vie, d’autres alliances, d’autres fraternités, et parce que le peuple grec était abandonné de tous, Stéphane Charpentier s’est installé à Athènes pendant dix ans.

The Eclipse, album composé de photographies argentiques noir et blanc, ponctué par plusieurs mosaïques d’images, rend compte d’une décennie passée entre solitude, colère, et pulsations de révolte mises en commun.

De ce livre aurique, pariant sur l’énergie de vie par-delà les coups reçus, les illusions heurtées, les drames individuels et collectifs, monte un soleil neuf, très intérieur, qui rend possibles les apparitions tout en les aveuglant de sa puissance.

02-Stephane_Charpentier_C1261-35

©Stéphane Charpentier

Tirages (Stéphane Charpentier) et photogravure (Guillaume Geneste) sont de haute qualité, comme on le dit de pylônes à haute tension, structurant un ouvrage de format italien publié avec une grande exigence artistique par les éditions sun/sun (Céline Pévrier).

Impression que les images grésillent, et que la nuit est quelquefois en feu.

On pense à Andreï Tarkovski et Michaël Ackerman, parce que tous deux ne conçoivent le déploiement de l’existence que dans la conscience d’un ordre supérieur, symbolique, ésotérique peut-être.

05-Stephane_Charpentier_C080-13

©Stéphane Charpentier

Que voit l’animateur du collectif Temps zéro (articles dans L’Intervalle) alors que la triple crise économique, politique et écologique provoque sur l’être humain et l’environnement des ravages insupportables ?

Des flèches de cathédrales inversées, de l’incommunicabilité, des présences étranges, presque extraterrestres.

Quelque chose se passe, quelque chose va se passer, tout consonne dans un vaste opéra muet.

07-Stephane_Charpentier_C882-23a

©Stéphane Charpentier

On cherche à se rencontrer, on se désire, on s’aime, le ciel est strié d’arcs électriques.

On se parle, on bavarde, on se message, mais l’on rêve d’abord de s’étreindre et de s’abandonner dans l’évidence du lien.

La ville s’effondre, les magasins ferment, les bâches sont trouées, la folie rôde, Dieu est mort pour mieux ressusciter, peut-être.

08-Stephane_Charpentier_C706-07a

©Stéphane Charpentier

En attendant de briser les parois vitrées de l’absurde, on s’électrise, on se mythologise, on se musique.

Ô Zeus, indique-nous les chemins d’espérance, il y a trop de calculs, trop de vilénies, trop de naufrages ici-bas.

Mais, attention, The Eclipse n’est pas un esquif à la dérive sur une mer déchaînée, plutôt un état des lieux sur la pesanteur et la grâce, l’attente et les chemins d’avenir, une séquence d’images finales montrant la nature en toute sa beauté baptismale.   

10-Stephane_Charpentier_B170-15

©Stéphane Charpentier

Nous sommes les acteurs d’un théâtre dont nous ignorons en grande partie le langage et la finalité.

Nous tâtonnons dans le noir, nous n’avons pas les codes, nous doutons, mais les épiphanies nous sauvent de la mélancolie.

Un corps de femme, une chevelure, une pluie d’étoiles, un sommeil peuplé d’hirondelles, une danse festive pouvant soudain se transformer en passe magnétique géante, ou actes d’insurrection.

11-Stephane_Charpentier_B030-15

©Stéphane Charpentier

Stéphane Charpentier a composé son livre comme on invente une musique d’initiation pour traverser le démoniaque.

La rue et les cœurs brûlent, l’étendard n’est pas celui de la militance mais de la poétique absolue, l’Europe est une eau grecque irisée un matin de printemps, nous tentons de recréer de nouveaux rites sacrés sur les décombres des civilisations asphyxiées.

En fin d’ouvrage, la retranscription sur de nombreuses pages d’entretiens enregistrés menés pendant des années par le photographe disent la fatigue, la peur du lendemain, la cruauté du capitalisme, la corruption générale, la détresse des exilés, l’incompréhension, la soumission humiliante, la catastrophe climatique.

CyberViewX v5.17.40
Model Code=72
F/W Version=1.07
©Stéphane Charpentier

Quelqu’un : « Je me réveille tous les jours à six heures du matin et je monte pour voir le lever du soleil. J’ai besoin, j’ai besoin de recharger mes batteries. Si tu veux changer le monde, tu dois d’abord te changer. »

Voilà, c’est cela The Eclipse, une possibilité par l’art de recharger nos batteries spirituelles.  

ddddd

Stéphane Charpentier, The Eclipse, réalisation Céline Pévrier et Fabien Livet, transcription (anglais/français) d’entretiens enregistrés par Stéphane Charpentier, photogravure et reproduction des tirages en mosaïque Guillaume Geneste, arrangements graphiques par Typical Organization, Joshua Olsthoorn et Kostas Vlachakis, sun/sun éditions, 2021

15 Mosaique_The_Eclipse

©Stéphane Charpentier

Stéphane Charpentier

13-Stephane_Charpentier_B084-15

©Stéphane Charpentier

sun/sun éditions

Se procurer le livre de Stéphane Charpentier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s