Un festin imaginaire en enfer, par Lisa Garnier, photographe

462A7004@LGWEB

©Lisa Garnier 

« Au bout de deux ou trois jours, plusieurs essayèrent de nier la réalité, de lutter contre elle avec leurs pauvres moyens – les bobards, les chimères, les recettes de cuisine… – et elles se mettaient en colère quand on leur révélait une nouvelle horreur. « Et même si c’est vrai, je ne veux pas le savoir. », m’ont dit des camarades que j’essayais d’éclairer. Comme la névrose, une certaine futilité est un refuge contre les réalités intolérables. » (Germaine Tillion)

En ouvrant Le Livre de recettes (titre en français), de Lisa Garnier, publié en Suède par les éditions Journal, je pensais découvrir un ouvrage de cuisine adapté à la mode scandinave.

462A5000@LG-bdef

©Lisa Garnier 

Mais non, absolument pas, il s’agit d’un livre où les pages tremblent de froid et de faim, de douleur et de solidarité, d’effroi et d’espoir.

Ces recettes qu’évoque Lisa Garnier sont celles que se transmettaient, pour tromper la faim en s’inventant des festins sans aliments, des femmes déportées à Ravensbrück, dont sa grand-mère, humble résistante – agent de liaison, disait-on alors – qui consigna, d’août 1944 à avril 1945, dans un petit carnet fait de bouts de papiers qu’elle n’abandonna jamais des recettes échangées avec ses codétenues.

462A6802@LGbdef

©Lisa Garnier 

Une aïeule, Gisèle, ayant survécu grâce à des pissenlits et à sa connaissance des plantes sauvages, un grimoire, mais aussi une arrière-grand-mère paternelle, Jeanne, décédée avec quatre-quinze femmes dans le camp satellitaire de Neubrandenburg, vérité que découvre Lisa Garnier au cours de son voyage dans l’Est, en Allemagne, vers Fürstenberg, ville où est situé le camp.  

Construit comme une enquête mémorielle, Le Livre de recettes tente de comprendre le destin de ces deux femmes – Gisèle mourra en 2008, interviewée cependant quelques années plus tôt par sa petite-fille.

462A6860@LGbdef

©Lisa Garnier 

« Dans un monde concentrationnaire totalement irrationnel, le livre de recettes est ordonné. Une page pour les apéritifs, d’autres pour les plats de viande et de poissons, les desserts. La nécessité de conserver le pouvoir sur une œuvre personnelle. La liberté de choisir comme ranger les recettes. Fabriquer son livre. A soi. Ce n’est pas futile. C’est se construire, espérer qu’il aura une utilité après. »

On entend la voix de Gisèle, inscrite en écriture italique, les phrases, parfois nominales, sont courtes, la découpe fait songer à un poème.

462A6875@LGbdef

©Lisa Garnier 

Il faut trouver une forme pour exprimer l’indicible, et garder le souffle pour continuer à raconter.

Place de l’appel.

Mots en allemand.

Aboiement.

Comptage.

Humiliations.

Coups.

Férocité.

462A8991@LGbdef

©Lisa Garnier 

Germaine Tillon encore : « J’ai de l’ambition pour l’humanité : je voudrais qu’elle survive, qu’elle ne s’extermine pas elle-même, et je crois aussi qu’il y a de bons côtés chez les êtres humains, et que ces bons côtés peuvent devenir dominants. »

Au cœur du livre de Lisa Garnier ayant bénéficié, lors d’une Masterclass, du soutien des photographes Ljubisa Danilovic, Sabrina Biancuzzi et Anne-Lise Broyer – la première partie est en français, la seconde est une traduction en anglais -, il y a, comme un espoir, des images de la nature environnant le camp de concentration : des sous-bois, des herbes, des arbres, un oiseau, et des aubes aussi navrantes que porteuses de renouveau.

462A9742@LGbdef

©Lisa Garnier 

Un livre de recettes est revenu de Ravensbrück, comme, dans ma famille, la bague de la fiancée de mon grand-père, offerte tel un talisman avant sa déportation par sa belle-mère dont c’était la seule richesse, mon arrière-grand-mère, remise ensuite au prêtre du camp, qui la lui redonna après-guerre, avant que celle-ci ne se pose sur d’autres doigts encore.

Elle n’est pas loin de moi au moment où j’écris.  

 

img_7676

Lisa Garnier, Le Livre de recettes, editing ans design Gösta Flemming, éditions Journal (Suède), 2021, 144 pages

Lisa Garnier – site

sans titre-4822

©Lisa Garnier 

 

Journal Photobooks

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s