Une femme vacille, par Tiphaine Le Gall, romancière

©Anne-Sophie Costenoble « Aujourd’hui encore, quand je pense à Ismaël, le désir m’oppresse. Pas seulement le désir physique, charnel ; mais le désir de sa présence, de sa voix, de sa douceur, le désir des mots qu’il pose sur le monde, et aussi le désir de ses vanités, de sa démesure, de ses impossibles contradictions. » Vous pensez…