Les poteaux électriques du photographe Bernard Plossu

D’abord, on ne sait pas, on ne voit pas, puis, soudain, c’est merveilleux, c’est une totalité, un monde. Ce sont des images, des miniatures, des vignettes, que structure la présence de poteaux électriques. Les oiseaux les aiment beaucoup, les êtres humains ne les voient plus. Dans un petit ouvrage et une exposition éponyme à La…