La table de ping-pong est un chakra, par Hayahisa Tomiyasu, photographe

Un livre dont le colophon est sur la tranche, jusque l’ISBN et les remerciements, n’est pas fréquent. Ainsi se présente TTP, d’Hayahisa Tomiyasu, gagnant du First Book Award 2018, dont le court texte de présentation est en quatrième de couverture. Pour le reste, pas de glose, place aux images. En apparence, le dispositif est simple :…

Ne serait-ce que l’ombre, une amitié, par Michaël Ferrier, écrivain

  Il fait beau ce jour-là sur l’île de La Graciosa, dans les Canaries, la mer est calme. Pourtant, bientôt, une vague inexplicable emportera l’ami, François, et sa petite fille, Bahia, qui se promenaient là paisiblement. C’est la fin d’un monde, et le début d’un livre quelques années plus tard pour sauver de l’engloutissement par…

L’Apesanteur et la disgrâce, une exposition pneumatique, par Gérard Berréby, fondateur des éditions Allia

A l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, situé à Lessines, en Belgique, Gérard Berréby a imaginé une exposition, L’Apesanteur & la disgrâce, s’intéressant aux métamorphoses du corps souffrant, proposant une mise en abyme d’un lieu chargé de douleur et d’apaisement. La Belgique est pour le fondateur des éditions Allia, par ailleurs supporter fervent de l’équipe d’Anderlecht,…

Laisse-moi, ne me laisse pas, je meurs, par Rafael Chirbes, écrivain

« Ne me laisse pas, me suppliait-il. Il me faisait mal, il me clouait les ongles dans le dos. Je vais rater le dernier train, répétai-je. Et, pour me libérer, je fus obligé d’écarter avec une certaine violence les doigts qu’il m’avait plantés dans les épaules et de tirer fortement ses bras vers le haut. Je…

Une poétique de la pirouette, Nathalie Bihan, éditrice

Comme le disait Gabriel Gauny, ou Jacques Rancière, ou Joseph Jacotot, la base de l’autonomie, c’est l’autonomie de la base, soit celle de Nathalie Bihan, jeune éditrice brestoise ayant décidé d’éditer en toute liberté des livres de propos et de formes très divers. Son coup d’envoi, Ricochets, du photographe Guy Le Querrec, incarne avec brio…

Der Bau, Le Terrier, par Franz Kafka

Le terrier est vivant, il parle, c’est un personnage. La terre bruit de paroles, de bavardages, d’obsessions. Le silence est partout, il est pourtant rare. Une bête a construit son terrier, elle en est fière. C’est un labyrinthe très organisé, une forteresse, car les ennemis rôdent. Il faut calculer, envisager toutes les hypothèses, une catastrophe…