D’épures en simplifications, Bernard Gabriel Lafabrie vu par Alain Marc, poète

2010 Portrait de la marchande de pomme
la Marchande de pommes ©  Bernard Gabriel Lafabrie

Il est très agréable de ne rien connaître – ou presque – à l’objet de notre étude, mais de savoir immédiatement, dès l’ouverture de l’enveloppe, qu’un dialogue pourra s’opérer, parce qu’il sera question de nécessité poétique, d’art, de la vie des formes.

Alain Marc est poète. Son catalogue indique des préfaces de Pierre Bourgeade (pour l’essai Ecrire le cri, 2000) et de Bernard Noël (le recueil Regards hallucinés, 2005), on est en confiance.

Son dernier livre, publié chez Dumerchez, En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie continue son grand œuvre d’accompagnement des artistes plasticiens (Lino de Giuli, Valérie Thévenot), peintres (Laurence Granger), sculpteurs (Bertrand Créac’h), poètes penseurs (Isabelle Raviolo, Philippe Guénin) qui lui importent.

2016 YVONE -cadre
Yvonne Belamri ©  Bernard Gabriel Lafabrie

La poésie peut souffrir de solitude, quand elle crie souvent son besoin de dialogue.

En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie est un ensemble de poèmes/portraits inspirés à Alain Marc par le travail de peintre et lithographe de son ami, aussi éditeur de livres d’artistes (l’imprimerie d’Alsace-Lozère à Paris).

De l’œuvre graphique au poème, il y a tout un antisystème de correspondances, une transmission de flux, un souffle mutuel.

Les vers déplient moins qu’ils n’interrogent la reproduction qui est à leurs côtés.

1988 ROLAND WEBER BOOK CADRE REMPLACE ET ANNULE LE PRECEDENT
Roland Weber ©  Bernard Gabriel Lafabrie

Sentinelles pour sentinelle.

Quelques formes géométriques pour tracer le portrait de tel ou tel, inconnu (la Jeune antillaise, la Marchande de pommes) ou pas (Vera Molnar).

Quelques mots, très peu, qui parfois se disloquent.

2009 VERA MOLNARBOOKMOINSROUGE
Vera Molnar ©  Bernard Gabriel Lafabrie

A propos de Roland Weber : « de version / en version // du figur / atif à l’abs / trait // l’abstraction / du visage // répétition de l’im / pression // première // en finir / avec le por / trait ? // jusqu’à l’obsession // dizaine de travaux / préparatoires »

Il faut pour goûter ces syncopes la fraîcheur d’une nuit étoilée, ou une chambre aux fenêtres ouvertes sur la ville.

Bénigne de Guitaut est peut-être une béguine, une mystique allemande du XIIe siècle, allez savoir qui est là dans cette portion de vitrail en marche.

1990 BENINE DE GUITAUT BOOK
Bénigne de Guitaut ©  Bernard Gabriel Lafabrie

Il y a de l’enfance et de la malice dans le travail de Bernard Gabriel Lafabrie, ainsi cette Femme à l’écharpe verte qui est un double animalcule extraterrestre, ou quelque protozoaire inconnu.

Commentaire d’Alain Marc : « le portrait / du portrait / est-il toujours un / portrait ? »

Oublier les visages, les identités particulières, les histoires de chacun, puis, dans un moment de fulgurance ayant nécessité bien des tâtonnements et étapes intermédiaires, arrêter une forme qui sera une évidence.

2014 VICTORIA VERNET BOOK CADRE
Victoria Vernet ©  Bernard Gabriel Lafabrie

« travail / du multiple // multipli/cation // de la présence // dans une / présence absence //      répétition de »

Et tomber en émoi devant la « spiritualité » (quelle silhouette) de Victoria Vernet ou Yvonne Belamri.

CVT_En-regard-sur-Bernard-Gabriel-Lafabrie_7637

Alain Marc, En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie, Dumerchez, 2018, 46 pages

Bernard Dumerchez Editions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s