Une nuit avec Doménikos, par Léonor de Récondo, écrivain

El Expolio, El Greco (Museo de Santa Cruz de Toledo), vers 1580-1585 « Pour la première fois, / j’écoutais. / Etirements de bleu, / éclairs de blanc, / percées de vert, / étincelles de rouge, / chevauchées de brun, / dentelles de gris. » Il n’est pas facile de faire l’amour avec un fantôme, ou alors nous…

Bacon encore et toujours, par David Sylvester, critique, écrivain

« David Sylvester et Francis Bacon étaient, chacun à sa manière, des êtres lumineux et sombres, imprévisibles, singuliers, excessifs et délicats, des passionnés capables de distance, des personnages de roman. « (Jean Frémon) Il m’émeut beaucoup de penser que sur une longue période Francis Bacon, Alberto Giacometti, Jacques Dupin, Jean-Paul Sartre et Michel Leiris (par conséquent Georges…

Béance du fond fructifère, par Roland Sénéca, peintre, graveur

 ©Roland Sénéca « Ce fond fructifère, lui aussi, / est béant, / cette / descente / est l’une des couronnes / de fleuraison sauvage. » (Paul Celan) Plus le corps vieillit, plus il est drôle, comme celui d’un nouveau-né à peine sortir du giron. Il se disloque, s’épanche, s’épate, prend ses aises, s’écroule. Essaie encore, rate encore,…

A l’épreuve de l’île de Pâques, par François Sagnes, photographe

©François Sagnes Je dois, au hasard de la trouvaille très improbable par son éditeur de quelques cartons oubliés au fond d’un grenier, la découverte du livre Île de Pâques (1988) de François Sagnes. Cet ouvrage que l’on pensait épuisé, particulièrement bien imprimé, habité par la puissance d’un silence intérieur éloquent, est le premier titre des…

Quatre peintres, par Marcel Proust, et les éditions Marguerite Waknine

Le bateau-atelier, Claude Monet, huile sur toile, vers 1875 Il est des maisons d’édition, parfois peu repérées, dont le travail est exemplaire. Elles n’ont pas les moyens des mastodontes – qui publient à tour de bras, et parfois même des livres dont ils savent qu’ils ne sont pas très bons -, mais choisissent avec soin…

Peindre la vie coite, Giorgio Morandi, par Bruno Smolarz, écrivain

« Il y a dans le paysage morandien l’application et la passion de la de la matière brute que l’on trouverait dans la représentation d’un nu, sans l’engagement de l’émotion immédiate. » Dans le vacarme et l’idiotie des punchlines de l’entre-deux tours des élections présidentielles, dans le désir de mort revenu en Europe, dans la novlangue sanitaire…

L’âme et la matière, par Eugène Leroy, peintre

« Je suis né en 1910 à Tourcoing ; orphelin de père l’année suivante. Toute ma jeunesse s’est passée près des bords de l’Escaut : collège à Roubaix. Mais vacances en partie à Roulers et Ghistel, et dès que vers quinze ans j’ai connu l’ami Paul, ce fut tous les chemins de pierres bleues d’Evregnies à Esquelmes, de…

Peindre des nymphéas, Monet à Giverny, par Jean-Philippe Toussaint, écrivain

« Le fait que je sois devenu écrivain ne m’avait jamais traversé l’esprit jusqu’à l’âge de vingt ans. Jamais, adolescent ou même étudiant à Sciences-Po, je n’aurais pu imaginer que j’allais un jour devenir écrivain. » J’ai beaucoup aimé les livres de Jean-Philippe Toussaint, le cycle de Marie Madeleine Marguerite de Montalte bien sûr (Faire l’amour, Fuir,…

Goya face au chaos, par Stéphane Lambert, écrivain

Autoportrait avec le docteur Arrieta, Minneapolis Institute of Art, 1820, Francisco de Goya, « L’art fut pour moi l’apprentissage de notre communauté dans la solitude. A force de rôder devant les œuvres, et d’éparpiller mes sensations, la nécessité de comprendre l’origine de mon attrait s’imposa. » L’antithèse, ou la figure oxymorique, est la frappe morale et esthétique…

New York, un silence intérieur, par Saul Leiter, photographe

©2020 Saul Leiter Foundation « Je ne me rappelle pas avoir planifié de photographier quelque chose en particulier. » Maître des superpositions colorées, des portes entrebaîllées, des jeux de miroir, de vitres et de pluie, Saul Leiter est aussi un géant du noir et blanc, si sensuel lorsqu’il photographie ses modèles et petites amies dans son studio…

Examiner, réexaminer, par Simon Hantaï, peintre

Ecriture rose, 1958-1959, encres et feuilles d’or sur toile 330 x 425 cm, Paris, Centre Pompidou, Simon Hantaï ©ADGAP, Paris, 2022 « L’art est témoignage de plus en plus véhément de la terreur sacrée, origine de toute expression créatrice. L’essence religieuse réapparaît impérieusement, opposant le Savoir au courant moral laïque. » (Simo Hantaï, 1956) Peintre hongrois venu…