Sicile, puissance chtonienne, par Massimo Gurciullo, photographe

 © Massimo Gurciullo Après un premier volume autopublié conçu à la façon d’un fanzine (présenté dans L’Intervalle), le corpus sicilien de Massimo Gurciullo s’enrichit d’un deuxième opus sur papier glacé, plus grand, plus large, plus implacable encore. Il y a des filaments de lumière, une atmosphère de drame, et la beauté fantastique des monstres de…