Sicile, puissance chtonienne, par Massimo Gurciullo, photographe

740

 © Massimo Gurciullo

Après un premier volume autopublié conçu à la façon d’un fanzine (présenté dans L’Intervalle), le corpus sicilien de Massimo Gurciullo s’enrichit d’un deuxième opus sur papier glacé, plus grand, plus large, plus implacable encore.

Il y a des filaments de lumière, une atmosphère de drame, et la beauté fantastique des monstres de la mer occupant la page à la façon des espèces invasives, ou des aliens.

639

 © Massimo Gurciullo

Il y a de la sauvagerie, et une idée plus haute de la civilisation que celle promue par les pisse-froid du capital.

Sicily #2 est au sens fort un livre communiste, mais d’un communisme non orthodoxe, ouvert à l’étrange, à la musique des corps, à la force et fragilité de chacun.

C’est un livre noir, sensuel et nerveux.

676

 © Massimo Gurciullo

On peut penser à l’esthétique Provoke, à la façon fiévreuse de percuter la réalité pour qu’en tombent quelques pépites d’or fin et brûlant.

L’Etna veille sur Catane, puissance tutélaire, furieuse s’il le faut.

Attentif à la surréalité du quotidien, Massimo Gurciullo ne sépare pas le banal de la possibilité de la merveille.

647

 © Massimo Gurciullo

Un arbre mutant, drôle de voyant au gros œil mouillé, semble détenteur d’une mémoire considérable.

Regarde-moi, regarde-les tous, enfants, automobilistes et assassins, accepte-les tels qu’ils sont, et tels qu’ils se transformeront dans la nuit des pulsions.

Le principe général de l’œuvre du photographe sicilien né en 1961 est métamorphique : l’un devient l’autre qui devient autre chose encore.

986

 © Massimo Gurciullo

Une femme en peignoir sortant de la mer, des crabes, des visages africains, une voiture lancée à vive allure.

Le destin est un alliage de stries doriques, comme sur une chemisette des années 1970, et de formes labyrinthiques, comme à Cnossos.  

Sicily #2 est peuplé de déesses aux seins nus et aux cheveux d’Erèbe, de chimères voluptueuses et de bandits de sept ans.

741

 © Massimo Gurciullo

On y est bien, parce qu’ici le mystère d’être en vie n’est pas dénié, ou aveuglément évacué.

On avance à tâtons, on ne sait pas très bien où est la sortie, mais on y participe pleinement, spectateur amené à perdre de sa superbe, élément d’un rite dont il ignore les codes.

991

 © Massimo Gurciullo

Dieu, dit-on, vomit les tièdes.

Il bénira assurément l’auteur de ce livre au jour du jugement dernier.

122752839_397999694921621_692119486585351780_o

Massimo Gurciullo, Sicily #2, texte de Giuseppe Cicozzetti, editions Fototeca Siracusana Libri, 2020 – 100 exemplaires

Se procurer Sicily #2

1044

 © Massimo Gurciullo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s