Pour le moment, tout est calme, par Fabio Miguel Roque, photographe

©Fabio Miguel Roque Tout est paisible, rien ne bouge ou si peu. Le moindre geste déplacé, le moindre début de départ de flamme, la moindre parole un peu trop haute pourrait faire exploser l’univers. Everything Lay Still, de Fabio Miguel Roque, est ce territoire où une tension est perceptible à chaque page, sans que pour…

Belgiques, par les frères Dardenne, et la revue Les Moments littéraires

©Guy Jungblut « Si l’introspection protestante est rarement le fait des Belges, la recomposition autobiographique est plus prégnante en France – avec la forme de fictionnalisation qu’elle implique. » (Marc Quaghebeur) Un numéro de la revue Les Moments littéraires (direction Gilbert Moreau) entièrement consacré aux diaristes belges, accompagné de deux portfolios confiés à la photographe Anne De…

Nicolas de Staël, le feu, l’offrande, l’épuisement, par Stéphane Lambert, écrivain

Paysage de Vaucluse, 1953, Nicolas de Staël « Il s’était dit lui aussi qu’il n’avait fait que cela dans sa vie, peindre des temples, concevoir des offrandes aux dieux (à l’amour), des zones de recueillement entre l’ici et l’ailleurs » Stephane Lambert s’intéresse aux artistes porteurs d’un feu intérieur, aux regards incandescents, aux existences brûlées. En écrivant…

L’amandier de la poésie, et la torture, par Philippe Jaccottet, poète

Monastère La Clarté Notre-Dame « Note du 19 septembre 2012 : « Ne pas oublier, ce printemps, la petite cloche des vêpres à la Clarté Notre-Dame, d’une incroyable limpidité dans le grand paysage gris et silencieux – vraiment comme une espèce de parole, d’appel ou de rappel, un tintement pur, léger, fragile et pourtant net – dans la…

Sicile, où rien ne commence vraiment, par Patrick Reumaux, écrivain

« Ne pas être aliéné par le travail permet de faire des rencontres. » (Patrick Reumaux) C’est un livre étrange, assez fou, comme la Sicile, comme Palerme. En référence et hommage au chef d’œuvre Il Gattopardo, de Giuseppe Tomasi di Lampedusa (1896-1957), seul roman de son auteur publié de façon posthume en 1958 (un an plus tard…

Sicile, puissance chtonienne, par Massimo Gurciullo, photographe

 © Massimo Gurciullo Après un premier volume autopublié conçu à la façon d’un fanzine (présenté dans L’Intervalle), le corpus sicilien de Massimo Gurciullo s’enrichit d’un deuxième opus sur papier glacé, plus grand, plus large, plus implacable encore. Il y a des filaments de lumière, une atmosphère de drame, et la beauté fantastique des monstres de…

Veduta, nécropole du Temps, par Thomas Jorion, photographe

Cortigiana, Sicile, 2020 © Thomas Jorion Veduta est un livre de grand format à l’atmosphère viscontienne, témoin d’une aristocratie déchue par le spectacle fascinant de la ruine de ses palais. On songe bien entendu au Guépard, de Tomasi di Lampedusa, au Prince Fabrizio contemplant d’un regard jupitérien l’effondrement de sa classe et de son patrimoine,…

Sicile, violence, rage et justice, par Franco Zecchin, photographe

Assez de moraline, de prêchi-prêcha, de bavardages sur fond de misère existentielle et de frustrations sexuelles. Il nous faut de la noblesse, du mythe, du fracas, du sang, des cris, le rayonnement d’un anus solaire infernal, des brûlures de joie et de larmes acides. Il nous faut une île, il nous faut Palerme, il nous…

Une mélancolie appelée Sicily, par Massimo Gurciullo, photographe

Ne surtout pas dormir. La nuit est dense, cruelle, impénétrable, il faut rester aux aguets, s’accrocher aux moindres points de lumière, et tenir dans l’errance jusqu’au petit matin. Sicily, du photographe Massimo Gurciullo, est le nom de code d’une terre sauvage et baroque, catholique et païenne, clanique et sensuelle. Dionysos rôde, mais il est d’abord…

Le Nord, quarante après, par Thierry Girard, photographe

Il faut espérer qu’un jour, au milieu de la place où s’installe habituellement la ducasse, à Auchel, Méricourt, Harnes, Loos-en-Gohelle ou Pernes en Artois, dans ces Hauts-de-France si ambitieusement nommés (Madame la Marquise, détendez-vous un peu, vos collants sont troués), sera édifié un monument rendant hommage à Eric Le Brun et son équipe des éditions…

Des envies d’impossible, Utopia, par Carlo Bevilacqua, photographe

Dans son essai de 1755, Discours sur l’inégalité parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau associe l’origine du mal à celui de l’instinct de propriété. Celui-ci étant aujourd’hui la clef de voûte de l’empire marchand nous tenant lieu de monde, il importe de prouver par l’existence que nous choisissons de mener qu’il est possible de vivre selon…