Les détraquages zen d’André Velter et Ernest Pignon-Ernest

Annoncer la couleur, d’Ernest Pignon-Ernest et André Velter, est un livre (Actes Sud), comme son titre malicieux ne l’indique pas, en noir & blanc et nuances de gris. Pour leur dix-neuvième production en commun, le peintre et le poète ont dialogué, sans que l’on sache qui précède qui, si l’image produit le texte ou si…

Du tantrisme pour hommes, par Aliam Karim Rizzi, praticien

Présence, écoute intérieure, liberté du désir, corps incarné. Aliam Karim Rizzi est praticien tantrique pour hommes depuis dix-sept ans. Il vit et travaille à Bruxelles. Son ouvrage Tantra, intimité au masculin, pose la question des nuances de l’identité masculine dans un monde aux valeurs virilistes dominantes. « J’ai constaté chez les hommes des carences affectives, émotionnelles…

Love Streams, une odyssée intime, par Nan Goldin, photographe

Avec les années, la dimension virgilienne de l’œuvre de Nan Goldin s’accroît, s’approfondit, s’intensifie. D’abord connue, célébrée, voire adulée pour sa vision sans fard de sa vie intime et des moments de complicité avec ses amis drag-queens, transsexuels, gays et toxicomanes de Boston, l’œuvre de l’artiste américaine, née en 1953 à Washington, apparaît aujourd’hui davantage…

La mer ne baigne pas Naples, par Anna Maria Ortese, écrivain

« Depuis longtemps, très longtemps, je détestais de toutes mes forces, presque sans le savoir, ce qu’on appelle réalité, le mécanisme des choses qui naissent au fil du temps et que le temps vient détruire. Cette réalité était pour moi incompréhensible et hallucinante. » Depuis la lecture de Les Petites personnes (Actes Sud, 2017), livre de feu…

Marc Nucera, tailleur de bois

Un atelier donnant sur les Alpilles. Des torsades de bois comme dans une église baroque, ou un village roumain construit par quelques thuriféraires du génial Brancusi. Un jardin enchanteur sur la pelouse duquel reposent des météorites de bois, ou des œufs de dinosaures que rêverait de collectionner Jean-Luc Parant. Des colosses, des prieuses, des figures…

A l’école de Louis Jouvet, par Jacques Lassalle et Jean-Loup Rivière

« Seul un grand acteur, déclare Jacques Lassalle, est capable de se renoncer, de renoncer à l’image que les autres ont de lui. Mais renoncer au paraître de la scène pour atteindre à l’être du rôle exige un grand savoir, une grande expérience du théâtre. » Comment forme-t-on un acteur ? Quelles sont les différentes…

Continuer de commencer, par Alain Françon, metteur en scène

« Si on ne mentait pas à l’enfant, écrit l’Anglais Edward Bond, il deviendrait fou, mais en même temps il sait que ce qu’on lui raconte n’est pas la réalité. » Est associée au nom du metteur en scène Alain Françon une qualité de lecture exceptionnelle. Pas d’effets, pas d’épate, pas d’outrance, pas de torsions…

De la modernité photographique, par le magazine belge Variétés

Faisant partie du patrimoine des Archives Amsab-IHS – Institut d’histoire sociale à Gand -, où elle fut découverte par hasard, parmi les ruines d’un journal tombé en faillite, la sublime collection des photographies du magazine d’art belge Variétés a fait l’objet pour la première fois d’une exposition à Arles (été 2019) et d’un livre imposant…

L’art du roman, par Jérôme Ferrari, écrivain

    « Il y a une expérience positive de l’écriture assez universellement partagée : c’est l’impression, à un moment donné, quand on est dans l’écriture d’un roman, qu’on n’est plus en train de créer quelque chose, mais de la dévoiler ; qu’on n’est plus le maître d’un jeu totalement ouvert, avec une infinité de…

Seuls, mais ensemble, Robert Doisneau-Maurice Baquet, une amitié

« Je tâcherai de garder la joie de voir les choses puisque de toute façon chaque type est seul, c’est comme ça, mon pauvre monsieur. » C’est évident pour beaucoup, peut-être, mais il n’y aurait pas Robert Doisneau sans Jacques Prévert, comme il n’y aurait pas Jacques Higelin sans Prévert et Cocteau, c’est-à-dire sans une…

La peinture et le mal, par Adrian Ghenie, peintre, et Yannick Haenel, écrivain

  « Il arrivera, plus tard, que Ghenie fasse exploser sa palette, et qu’elle se mette à gicler de toutes les couleurs comme un soleil mutant. » La société est folle, malade, infernale. Les démons peuplent les rues, ou les salons feutrés, occupent des places importantes dans les cabinets ministériels, les conseils d’administration, les maisons…