Le chant silencieux du Léman, par Ji-Young Demol Park, peintre

JiYoungDemolPark_Vue depuis Lavaux_33x95 04
© Ji-Young Demol Park

Des rives et des crêtes est l’ouvrage d’une artiste coréenne, peintre, photographe et vidéaste, dessinant à l’aquarelle et à l’encre de Chine la ligne d’horizon des Alpes lémaniques se posant sur le lac Léman.

Son travail, de format panoramique, se déployant très souvent sur des doubles pages, inspire la paix, la contemplation, la méditation.

Le blanc, le silence, l’absence occupent l’espace bien plus que le mince horizon.

JiYoungDemolPark_Vue depuis la réserve_42x114 02
© Ji-Young Demol Park

Et pourtant, le vide est plein, il n’y a pas d’effroi, simplement la beauté de l’apparition des formes dans le néant originel.

En ces paysages où la brume, la roche, le ciel et l’eau se confondent, l’artiste respire calmement, fait de son souffle une trace.

Impression de douceur rassembleuse, d’unité de fond, de cohérence.

JiYoungDemolPark_Les Dents du Midi_70x100 02
© Ji-Young Demol Park

Il faut imaginer le chant du papier lorsque Ji-Young Demol Park le déroule, la montée des odeurs, le ravissement de l’œil.

Les rudes montagnes sont des effets de caresses, le lac est féminin, c’est un bassin, une matrice, une eau d’enfantement.

Après les vertiges et prouesses de l’art vidéo, Ji-Young Demol Park est redevenue face au lac Léman l’enfant qui accompagnait sa mère, bouddhiste, au temple : « Pour atteindre ce lieu de culte, écrit-elle, il fallait monter par les sentiers, progresser à travers la forêt, et lors de ces petites ascensions, maman nous invitait à nous émerveiller de la nature qui nous entourait. »

On peut ainsi considérer ses dessins comme des prières faites à la mère, à l’enfance, à la nature qui berce et déchire.

JiYoungDemolPark_(c) Rodolphe Demol
Ji-Young Demol Park © Rodolphe Demol

L’œuvre de Ji-Young Demol Park est de gratitude envers les forces du vivant.

« Je ne cherche pas à réaliser une représentation naturaliste, mais à traduire en image une attitude d’émerveillement et de contemplation. »

De fait, ses visions induisent chez le spectateur une sorte de ralentissement cardiaque, en accord avec la majesté d’un paysage représenté sans drame, ni tension.

Il y a ici des esprits, Ji-Young Demol Park dessinant moins les rives d’un lac que le l’espace d’un sanctuaire.

Tout peut y arriver, tout y arrive, notamment la réconciliation inattendue, un matin de mélancolie, d’avec soi-même.

Lionel Gauthier, conservateur du Musée du Léman où l’artiste est exposée jusqu’au 1er novembre, l’écrit avec émotion : « Son regard si neuf sur un lac si souvent peint est un bonheur que je voulais partager. »

007441096

Ji-Young Demol Park, Des rives et des crêtes, textes de Lionel Gauthier, conservateur du musée du Léman, et Ji-Young Demol Park, Editions Glénat, 2020

Editions Glénat

Site de Ji-Young Demol Park

Ouvrage réalisé à l’occasion de l’exposition, « Des rives et des crêtes » présentée au Musée du Léman, à Nyon, du 2 avril au 1er novembre 2020

Musée du Léman

main

Se procurer Des rives et des crêtes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s