Kafka dessinateur, un événement

22388967lpw-22389096-article-jpg_8348905_660x287

Dessin de Franz Kafka

« Mais ce ne sont pas des dessins que je puisse montrer, ce ne sont que des hiéroglyphes personnels, donc illisibles. » (Kafka)

En 2019, fut révélée par la Bibliothèque nationale d’Israël l’existence d’une centaine de dessins de Franz Kafka, jusqu’alors gardés sous clef dans une banque zurichoise, parmi les possessions privées de son héritière et ancienne secrétaire, Ilse Ester Hoffe, dessins précieusement collectionnés par Max Brod.

L’événement dans le monde des lettres est majeur, qui donne lieu à une publication grand format de belle prestance par Les Cahiers dessinés (Frédéric Pajak), la sortie de ce livre, dans une édition accompagnée de commentaires érudits de Andreas Kilcher, étant mondiale.

Kaka-dessin-meinen-leben

Dessin de Franz Kafka

De 1901 à 1907, Kafka dessine avec intensité. Il se portraiture, griffonne à la diable, mais surtout saisit des scènes, croque sur le vif des personnages, entre réalisme, satire et burlesque.

Ce sont des silhouettes rapides, des situations cocasses, des moments incongrus.

Les esquisses de l’écrivain pragois montrent des êtres fragiles, semblant quelquefois voler comme chez Chagall, aussi aériens que les pages détachées sur lesquelles ils apparaissent.   

Il y a des formes abstraites, à la limite de la calligraphie, des animalcules, des jeux d’illusion comme dans les fêtes foraines, des pans de paysages.

franz-kafka-manuscrits-lettres-dessins-60b49f6c4996c468565834

Dessin de Franz Kafka

Rien de sérieux, et pourtant exécutés comme s’il s’agissait de brouillons de James Ensor.

L’heure est au rire, à l’ironie, au carnavalesque, à la grâce de l’inconvenance, au décalage façon Folon.

Il y a les feuilles volantes (partie 1), mais il y a aussi le carnet de dessins (partie 2), ensemble de promeneurs, marcheurs, danseurs, escrimeurs, skieurs, personnages aristotéliciens posés sur les pages et dessinés en tous sens, comme des funambules célestes.

Des dormeurs, des veilleurs, des grotesques peuplant aussi ses carnets de voyage, ses journaux intimes et sa correspondance.

kafka-dessin-corps-lettre

Dessin de Franz Kafka

Une étude de gestes.

Des danseurs.

Des nomades urbains.

Des arabesques.

Des japonismes tchèques.

Des griffures, des biffures, des brouillages.

Des condensés de rêves.

Le trait va à l’essentiel pour montrer l’absurde et la comédie humaine.

L’écrivain juif devrait-il refuser l’image ? Allons, allons.

Kafka (citation apocryphe) : « Nous autres Juifs, nous ne sommes pas peintres, à vrai dire. Nous ne savons pas représenter les choses de façon statique. Nous les voyons toujours s’écouler, se mouvoir, se métamorphoser. Nous sommes des narrateurs. »

On peut donc considérer ses dessins comme des nouvelles d’un mot, d’une ligne, d’un paragraphe, ou, précise Andreas Kilcher, « des paraboles ».

838_kafka-transition

Dessin de Franz Kafka

Judith Butler, qui a étudié ces dessins – excellente idée de lui offrir ici la parole -, écrit : « L’œuvre de Kafka, tant littéraire que dessinée, pose la question suivante : est-il possible de toucher le sol ? (…) j’ai suggéré la présence dans les textes kafkaïens du désir récurrent d’une émancipation de l’existence incarnée par le biais de la ligne pure, une ligne vide de substance et de poids, flottant dans les airs, libérée de la gravité, rendue invincible par la perte de son propre volume. Chez Kafka, le thème de la transcendance ou de la métamorphose est associé aux morts brutales de ceux qui défient leurs pères (La Sentence), se soumettent à des appareils mortifères (Dans la colonie pénitentiaire), sont assujettis à des procédures dans lesquelles la loi est indissociable de la criminalité (Le Procès, achevé en 1915), ou ne parviennent pas à se tirer du lit à temps pour aller au travail (La Métamorphose). »

Il y a dans les dessins de Kafka un sentiment d’allégresse, une joie dans l’exercice du corps, une vitesse permettant d’échapper aux lourdeurs métaphysiques.

Kafka dessine des chevaux au champ de course, mais curieusement leur galop se dirige vers la gauche.

Peut-être vers le corps de l’enfant qu’il fut.

Les-Deins-de-Kafka

Franz Kafka, Les Dessins, sous la direction d’Andreas Kilcher, textes de Judith Butler, Andreas Kilcher et Pavel Schmidt, Les Cahiers Dessinés, 2021, 336 pages

Les Cahiers Dessinés

logo_light_with_bg

Se procurer Kafka, Les Dessins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s