Je jure de m’éblouir, par René Depestre, écrivain

« Tenir un journal ? Pourquoi ? Pour rester attentif. A quoi ? Au monde, à soi, à la vie qui suit son cours. Ce cahier de bord, j’aurais dû le commencer il y a une quinzaine d’années. J’aurais couvert ainsi des centaines de pages sur la vie dans plusieurs pays, ayant vécu en France, en Tchécoslovaquie, en Italie,…

Suspendre le jugement moral, par Annie Ernaux, écrivain

« Quand j’étais enfant, le luxe, c’était pour moi les manteaux de fourrure, les robes longues et les villas au bord de la mer. Plus tard, j’ai cru que c’était de mener une vie d’intellectuel. Il se semble maintenant que c’est aussi de pouvoir vivre une passion pour un homme ou une femme. » Exposer une passion…

Deux ans de bonheur, par Christopher de Béthune, photographe

© Christopher de Béthune Chez Christopher de Béthune, le bonheur se dit en valeurs de noirs et nuances de gris. Il se dit en lumières de charbon et en grains de clarté, en étendues désertes et en détails fantastiques, en regards directs et en peaux de nuit. Après Outland et Knights in white satin, Invisible…

Anastasiia, mon bel amour, ma déchirure, par Christian van der Kooy, photographe

© Christian van der Kooy / The Eriskay Connexion Anastasiia, du photographe hollandais Christian van der Kooy, est un livre éminemment touchant, d’une douce et déchirante mélancolie. Il narre en un double régime d’images – des captures d’écran lors de conversations ayant lieu par Skype, et des photographies documentaires prises entre 2009 et 2016 –…

Grandes gueules et cœurs en or, Blieke et Nicole, par Katherine Longly, photographe

© Katherine Longly Les retraités des classes populaires intéressent peu les photographes, plus tentés généralement par l’adolescence, la vitalité des enfants, ou la sensualité des jeunes couples. Blieke et Nicole vivent dans un chalet d’un camping de la grande banlieue de Bruxelles. Leur situation économique n’est pas somptueuse, mais ils s’aiment. Katherine Longly les a…

Qui fist parler les cons, par Aurélie Galois, auteure libertine

© Aurélie Galois Publié anonymement en 1748, dans une édition clandestine, Les Bijoux indiscrets est un roman libertin de Denis Diderot, dans lequel un anneau magique possède le pouvoir de faire parler le sexe des femmes, dévoilant à trente reprises les secrets inavouables des dames de la cour. Bijoux indiscrets est aussi le titre d’un…

James Joyce, poète

Lorsqu’il poétise, à Dublin, Trieste ou Zurich, le grand James Joyce écrit bref, et élégiaque. Dieu est là, peut-être, dans le simple, parmi les bêtes, plus chaudes qu’âme d’homme irrémédiablement blessé, séparé. Il y a les élans d’amour, et la puissance du vent, « Ô mon enfant de bleu veinée ». « Sous les orties…

Japon, prière de se déchausser, par Elena Janvier et Gérard Macé, écrivains

« Au repos, les ciseaux japonais sont ouverts. » Qui connaît les délices et les difficultés des rencontres franco-japonaises, qu’elles prennent la forme de l’amitié, de la relation amoureuse éphémère ou de l’union conjugale, trouvera dans le livre d’Elena Janvier, Au Japon, ceux qui s’aiment ne disent pas je t’aime (Arléa, 2012), nombre de clés et réflexions…

Love Streams, une odyssée intime, par Nan Goldin, photographe

Avec les années, la dimension virgilienne de l’œuvre de Nan Goldin s’accroît, s’approfondit, s’intensifie. D’abord connue, célébrée, voire adulée pour sa vision sans fard de sa vie intime et des moments de complicité avec ses amis drag-queens, transsexuels, gays et toxicomanes de Boston, l’œuvre de l’artiste américaine, née en 1953 à Washington, apparaît aujourd’hui davantage…

Ferrare, chanson d’amour triste, par Jean-Pierre Ferrini, écrivain

« Dehors, les volets de l’immeuble voisin étaient fermés. La ville apparaissait comme une forteresse, close, rigoureusement quadrillée, derrière d’hermétiques remparts. » Un couple en crise, un voyage en dix-sept stations et deux parties, une ville aristocratique. Il faut relancer les dés. Nous sommes à Ferrare, cité secrète, non loin de Venise happant dans son vertige de…

Lettre à Samuel Beckett, par Yannick Haenel, écrivain

J’ai reçu de Yannick Haenel copie d’une lettre écrite pendant le confinement pour Samuel Beckett, texte lu un soir pour la radio-télévision belge. Il est inédit en français. Je vous le transmets, sans commentaire, comme on se passe le feu en silence, alors que gagnent les ténèbres. « Montreuil, le 1er mai 2020 Cher Samuel Beckett,…