Une rêverie de statues, par Patrick Tournebœuf, photographe

On ne les voit plus tant ils sont omniprésents dans nos villes, nos villages, nos bourgs, nos hameaux. On ne les voit plus parce qu’ils rappellent la mort, la douleur, les conflits fratricides, la laideur. On ne les voit plus, et pourtant nous ne pouvons pas ne pas les honorer, même un peu, ni nous…

Des heures arrachées au néant, par Irène Jonas, photographe

A Fotofever (Carroussel du Louvre, Paris), la découverte de l’œuvre d’Irène Jonas fut un vrai bonheur. Etait montré un ensemble de photographies personnelles issues de voyages dans la Russie soviétique peintes à l’huile avec une grande volupté, comme si la matière même du temps était offerte à la perception du regardeur. Un livre publié chez…

La merveille du carton, par Eva Jospin, plasticienne

Après Felice Varini en 2015, Shigeko Hirakawa en 2014 et Patrick Dougherty en 2011 (liste non exhaustive), la plasticienne Eva Jospin est invitée par le Domaine de Trévarez, château de briques roses et de granit situé dans le Finistère sur les flancs des Montagnes Noires, à y exposer son travail et à y réaliser une…

Une poétique de la pirouette, Nathalie Bihan, éditrice

Comme le disait Gabriel Gauny, ou Jacques Rancière, ou Joseph Jacotot, la base de l’autonomie, c’est l’autonomie de la base, soit celle de Nathalie Bihan, jeune éditrice brestoise ayant décidé d’éditer en toute liberté des livres de propos et de formes très divers. Son coup d’envoi, Ricochets, du photographe Guy Le Querrec, incarne avec brio…

Aussi belle qu’inquiétante, une demeure photographique,  par Amaury da Cunha

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Pourquoi y a-t-il soudain rien plutôt que quelque chose, ou quelqu’un ? Demeure, recueil photographique d’Amaury da Cunha, qui aurait pu s’intituler Vers le visage, tente d’approcher ainsi, dans le questionnement, le mystère de la présence, trouvant des formes dans des pans de nuit, construisant délicatement des « petites…

Une vie ordinaire, par Paol Keineg, poète

« Le temps est beau, on voit les clochers de Hanvec et de Rumengol, et moi j’écrase les doryphores à deux pieds avec le sentiment exaltant d’écraser l’infâme. » Paol Keineg n’a pas besoin de jouer au poète pour en être entièrement un. Lorsqu’on connaît la sensation poétique de l’existence, sa fragilité, son inouï, sa drôlerie, et…

La sagesse des Territoires, par Kenneth White le cosmographe

« Même avec la chambre la plus minable, je m’arrangeais : un livre et un carnet sur la table, une carte épinglée au mur, et le tour était joué, le contexte se transformait. » On ne peut malheureusement pas tous les jours se rendre dans le Périgord, le Morvan ou les Cévennes. Pour multiplier nos vies, les agrandir,…

L’esprit de la nature, par le photographe Rajak Ohanian

Il y a, en quatrième de couverture du catalogue consacré au travail de Rajak Ohanian, c’est un signe, une citation tirée des Métamorphoses d’Ovide traduit par Marie Cosnay, interrogée il y a quelques semaines ici même sur sa monumentale entreprise. Nous sommes à l’âge de la Création : « Avant la mer et les terres et le…