Au Domaine, par Anne-Lise Broyer, photographe, papillon des bois

© Anne-Lise Broyer « Le phalène nocturne vole, ailé d’amour, vers l’ampoule électrique. » (Le Roi des aulnes, Michel Tournier, 1970) Avec une fine couture centrale laissant pendre deux fils en dehors de son corps, Le chant de la phalène (oraison), d’Anne-Lise Broyer, fait songer à un lépidoptère. Dans une très belle gamme de gris ayant bénéficié…

Une histoire vagabonde de la littérature romanesque, par Philippe Le Guillou, écrivain

Essai de critique subjective sur l’art du roman à travers les siècles, écrit par un lecteur assumant totalement ses goûts parfois hétérodoxes, Le roman inépuisable, de Philippe Le Guillou, est un éloge de la littérature comme capacité d’émerveillement. Entrée particulièrement enthousiasmante dans un domaine romanesque marqué par sa liberté et sa puissance protéiforme, cet ouvrage…

Le fa presto de Mathurin Méheut, peintre breton

Fut un temps où l’existence d’un monde commun n’était pas une pensée saugrenue. Un monde donné par les métiers, les traditions, les paysages, la présence animale évidente, non par le démon du lucre dévorant chaque fragment de réalité, jusqu’à faire imploser les êtres. Loin de cette logique féroce devenue la substance de nos interactions, il…

Monts d’Arrée, dans le cœur du cœur, par Juliette Agnel, photographe

« Le chemin vers l’invisible, c’est vraiment un chemin. Là on va monter, après on va descendre pour aller au fond du fond, dans le cœur du cœur, dans le sauvage. » (Yann Gilbert) Juliette Agnel croit aux forces de l’invisible, à la présence d’ordres transcendants, à l’agissement des symboles, aux liens manifestant une atemporalité constitutive de…

Yvonne Kerdudo, photographe de campagne au début du XXe siècle

J’ai présenté l’été dernier dans L’Intervalle quelques-unes des photographies prises par Yvonne Kerdudo, publiées chez Filigranes Editions sous forme de cartes postales réunies dans un boitier cartonné. Appelée « Madame Yvonne », Yvonne Kerdudo (1878-1954) fut une photographe ambulante ayant parcouru le Trégor (Côtes d’Armor) à vélo pendant plus de quarante ans, photographiant inlassablement à…

Bretagne, la ruralité avant l’agrobusiness, par Guy Hersant, photographe

Saint-Jean-Brévelay est une commune située dans le Morbihan (56), mieux un territoire, mieux encore un pays. En 1982 et 1983, le photographe Guy Hersant, répondant à une commune de La Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Pompidou, est allé à la rencontre de ses habitants, de ses paysages, de ses fêtes, de ses rites. La…

Guillevic avant Guillevic

« Je crois que si quelqu’un lisait ce carnet il n’y verrait pas mes inquiétudes, mes tourments. J’ai l’air si sûr de moi, si tranquille. Mais tout l’intérêt du Carnet est justement là – meilleure arme contre la folie toujours menaçante. » C’est par la publication de Terraqué, en 1942, que Guillevic, alors Résistant et…

Le passage des frontières, par Yvon Le Men, poète

« Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons le moyens » (Mahmoud Darwich) Après Une île en terre consacré au hameau et aux rêveries de son enfance (2015), puis en 2017 Le poids d’un nuage (les paysages bretons, les lectures, la peinture), Bruno Doucey a publié en 2018 le dernier volume de la trilogie…

Ouvrir les portes, Venise à double tour, par Jean-Paul Kauffmann, écrivain

Dans son dernier récit, Venise à double tour, Jean-Paul Kauffmann raconte une obsession : se faire ouvrir les dizaines d’églises fermées de Venise, généralement pour des raisons absconses, mystérieuses, ou tout simplement oubliées par les protagonistes eux-mêmes de la fermeture des portes. A travers un livre mené comme une enquête, placé sous la haute protection…

De la fraternité, Albert Camus et Louis Guilloux, une correspondance

« Ce qui équilibre l’absurde, c’est la communauté des hommes en lutte contre lui. Et si nous choisissons de servir cette communauté, nous choisissons le dialogue jusqu’à l’absurde – contre toute politique du mensonge ou du silence. » (Albert Camus à Louis Guilloux – 5 janvier 1946) Dans l’atmosphère de meurtre et de petitesse morale…

Une enfance en Bretagne, par J.M.G. Le Clézio, prix Nobel de littérature

« C’est le sentiment le plus durable que je garde de cette enfance en Bretagne, peut-être parce qu’il rejoint d’une certaine façon la magie de la nature en Afrique, la puissance des orages électriques et des pluies torrentielles qui cascadaient sur le toit de notre case à Ogoja, ou la voûte des arbres géants sur…