Per non dormire, par Jean-Louis Comolli, écrivain, cinéaste

Qu’elle était verte ma vallée, John Ford, 1946 « Ecrire un peu, me disais-je, repousse le terme. Ce sont les mots qui tiennent ensemble les vivants et les morts. Rien d’autre. Il est bien que le moment arrive où tout ce qui reste des vies vécues, des images portées par les souvenirs, des sensations éprouvées, des…