Lettres au banquier Horace Finaly, par Marcel Proust, écrivain

« D’autre part je ne peux pas négliger non plus, en me bousculant trop tôt la menace où je suis d’une attaque (ceci pour toi seul), d’une attaque qui est sans doute la seconde car j’ai des troubles de la parole qui semblent bien signifier que sans m’en rendre compte j’en ai eu une 1er « larvée »….

Souvenirs du monde littéraire, par Roger Grenier, écrivain

« Sa grande érudition et son sens exceptionnel de l’observation étaient toujours mis au service d’une philosophie de l’indulgence. Ses portraits, parfois sarcastiques, ne sont jamais totalement à charge. » (Jean-Marie Laclavetine à propos de Roger Grenier) Il me plaît de rencontrer l’histoire littéraire française par la bande, au travers d’anecdotes, de récits brefs, de souvenirs colligés….

Psychiatrie publique, la catastrophe, par Emmanuel Venet, écrivain, psychiatre

« N’oublions pas que, selon plusieurs grandes voix dont celle de Lucien Bonnafé ou Jean Oury, le degré de civilisation d’une société est corrélé à sa bientraitance envers ses malades mentaux. » Défendre la psychiatrie de secteur, proche du système de la carte scolaire, contre les spécialisations menant à la privatisation des services et la logique de…

Goya face au chaos, par Stéphane Lambert, écrivain

Autoportrait avec le docteur Arrieta, Minneapolis Institute of Art, 1820, Francisco de Goya, « L’art fut pour moi l’apprentissage de notre communauté dans la solitude. A force de rôder devant les œuvres, et d’éparpiller mes sensations, la nécessité de comprendre l’origine de mon attrait s’imposa. » L’antithèse, ou la figure oxymorique, est la frappe morale et esthétique…

Promenades proustiennes, par François-Xavier Bouchart, photographe

 ©François-Xavier Bouchart « Un de mes autres étonnements fut de voir les « sources de la Vivonne », que je me représentais comme quelque chose d’aussi extra-terrestre que l’entrée des Enfers, et qui n’étaient qu’une espèce de lavoir carré où montaient des bulles. » (Marcel Proust) Pour arrêter l’ordre du crime, il y a la littérature, les phrases arrivant…

Truman Capote, New York, 1947, par Irving Penn, photographe

Truman Capote, New York, 1948, série Corner Portraits, 1947-1948, Irving Penn « Jusqu’à ce moment il n’avait pas mesuré sa solitude. A présent qu’il en avait pris conscience, il se sentait vivant. Il n’avait pas désiré se sentir vivant. Être vivant c’était se souvenir des rivières brunes où courent les poissons et du soleil sur des…

Pierre Drieu La Rochelle, pages inédites

« Je me demandais, écrit Chateaubriand, si les ossements n’ont point des modes de vie qu’on ignore, s’il n’est pas d’existences de néant, des pensées de poussière. » Depuis son adolescence, Drieu La Rochelle n’a cessé d’écrire, publiant notamment en 1931 le magnifique Feu follet – à quand l’inscription de ce livre au programme des lycéens passant…

Petit atlas des lieux romanesques en Europe, par Corina Ciocârlie, écrivain

J’aime beaucoup les livres d’intelligence vagabonde qu’il suffit d’ouvrir à n’importe quelle page pour que l’esprit soit éveillé, piqué, enflammé. Premier ouvrage dans une maison d’édition française (Signes et Balises) de la Luxembourgeoise d’origine roumaine Corina Ciocârlie, Europe Zigzag est un atlas littéraire buissonnier construit comme une constellation rassemblant des lieux de grande diversité sur…

Ecrire l’homosexualité, par Marcel Proust, jeune écrivain

Jeune homme nu assis, 1855, Hippolyte Flandrin « Pour relever avec ma bouche le coin de vos lèvres, je donnerais ma vie. » (Marcel Proust, 25 ans) On a longtemps cru à la fable d’un double Proust, d’abord le mondain, le salonnard, l’homme des frivolités et des badinages de la conversation, ensuite l’écrivain, solitaire, sérieux, sorte d’empereur…