Un âne travesti en zèbre, par Michel Campeau, post-photographe

Prenons-nous des photographies ou sont-ce elles qui nous prennent, qui nous possèdent et nous inventent une vie ? Essayer de comprendre qui l’on a été à l’aune des photographies jalonnant notre existence ne peut conduire qu’à la fiction de soi. Tentative un peu folle de rassembler les fragments d’Osiris dans un miroir brisé. On ne…

L’enfance tchadienne d’un incorrigible vivant, par Michaël Ferrier, écrivain

Pour qui connaît l’œuvre de Michaël Ferrier – notamment Sympathie pour le fantôme, Mémoires d’outre-mer, Fukushima. Récit d’un désastre, François, portrait d’un absent -, la découverte de son enfance tchadienne dans son dernier opus, Scrabble (Mercure de France), est une grande surprise. Composé pour la collection de Colette Fellous, Traits et Portraits, ce livre est…

L’élégance d’une mère aimant le rouge, par Colette Pourroy, photographe

Après Au clair de son ombre (série Père, 2013), Sur les rives de soi (série Couple, 2014) et Eve Réincarnée (série Sœur, 2017), Colette Pourroy poursuit avec Rouge était sa couleur (André Frère Editions) son travail sur la mémoire familiale et les interactions intimes. Son dernier volume est un hommage à sa mère en vingt-neuf…

Le temps des flibustiers et des chemins d’enfance, par Dan Aucante, photographe

Fixer les images de l’enfance, telle pourrait être l’une des principales justifications de la photographie pour nombre d’artistes ayant choisi ce médium afin de rendre compte de l’émerveillement des jours passés au contact des plus jeunes membres de leur famille. Pari : retourner le fameux « familles, je vous hais » gidien en puissance de…

La mélodie du bonheur, par Guillaume Geneste, photographe

« Chaque photographie réussie est une vraie victoire sur le temps qui passe, et je ne trouve de prolongation à l’apaisement éprouvé que dans la prise répétée, ce nécessaire recommencement. » Revoilà en saison 3 avec A bout de bras (Filigranes Editions), avant l’ultime Trop n’est même pas assez (2012-2016), Guillaume Geneste et sa petite…

The pencil of Nature and Family, par Matthieu Marre, photographe

L’oublié est un livre sans parole de Matthieu Marre, une traversée du temps en des images légères et sensuelles, graves et tendres. Le noir & blanc sied bien à la volonté d’atemporalité du photographe : inscrire, dans un livre conçu comme un hymne à la beauté et à l’immédiat, la vie d’une famille, rendre compte…

Motherhood, éthique du care, par Laure Maugeais, photographe

C’est un livre merveilleux de douceur et de pudeur. Sa discrétion est une éthique, comme un chuchotement à la porte de sa chambre lorsque l’enfant dort. Il s’intitule Motherhood, soit la maternité, mais l’anglais apporte sous la protection du mot « hood » une nuance d’enchantement et de mystère que n’a pas le terme français….

Chemins de nuit et de lumière, par Jehsong Baak, photographe

  Que se passe-t-il pour qu’un photographe tel que Jehsong Baak, dont on perçoit immédiatement la puissance visuelle et la radicalité de la quête intime, ne soit pas plus souvent exposé, édité, cité, alors que tant de travaux mineurs occupent les cimaises et les esprits ? Paris Photo l’a célébré en 2011, parfait, mais depuis…

Le paradis des enfants sauvages, par Alain Laboile, photographe

Après les magnifiques familles Geneste (deux volumes sur quatre déjà parus chez Filigranes, couvrant un empan chronologique de vingt-quatre ans, 1992-2016) et Vansteenwinckel (livre Nosotros chez Yellow Now), l’actualité photographique nous offre l’occasion de rencontrer la tribu Laboile, non moins touchante. Très appréciée des réseaux sociaux, la petite planète Laboile est un concentré de joies,…

Auguste et Jean Renoir, délivrez-nous du mal

« Quelle liberté ! Ne plus avoir à se préoccuper d’une histoire […]. C’est cela qui est important, échapper au motif, éviter d’être littéraire et pour cela choisir quelque chose que tout le monde connaît ; encore mieux pas d’histoire du tout. » (Auguste Renoir cité par son fils Jean) Dans le bel appartement calaisien de mes grands-parents, il…

La possibilité d’un commencement, le solo show de Régis Figarol, Raymundo et Guillaume Varone par Jean-Philippe Rossignol, écrivain

Dans une époque dévorée par le nihilisme, l’écrivain Jean-Philippe Rossignol (Vie électrique, Juan Fortuna) croit en l’art comme expérience intérieure, et bon hors du rang des meurtiers. Sa collaboration régulière avec la galerie suisse Analix lui offre aujourd’hui l’occasion de présenter trois artistes aux travaux très différents – les photographes Régis Figarol et Guillaume Varone,…