Jean Eustache en vérité, par Sylvie Durastanti, compagne, scénariste, écrivain

« Dans les trois dernières années, les trois derniers mois, les trois dernières semaines de sa vie, Jean Eustache n’était pas le fantastique reclus halluciné, égaré en ses rêves, à jamais coupé du monde, mi-Howard Hughes, mi-Mabuse, que d’aucuns se plaisent à portraiturer. » (Sylvie Durastantià Je voulais tout écrire de mes impressions consécutives à la lecture…

Le visage comme plurivers, par Gilles Pandel, photographe

©Gilles Pandel « A la moitié du chemin de la vraie vie, nous étions environnés d’une sombre mélancolie, qu’ont exprimés tant de mots railleurs et tristes, dans le café de la jeunesse perdue. » (Guy Debord) Catalogue éponyme de l’exposition ayant eu lieu à Toulouse à l’automne 2021, Ce que je vis présente l’œuvre de Gilles Pandel,…

Philippe K. Dick et le virus, par David Lapoujade, essayiste

« Mais je vais vous révéler un secret : j’aime créer des mondes qui tombent vraiment en morceaux au bout de deux jours. J’aime les voir se désagréger et j’aime voir ce que font les personnages du roman lorsqu’ils sont confrontés à ce problème. J’ai une secrète prédilection pour le chaos. Il faudrait qu’il y en ait davantage….

Bruxelles, tarot sauvage, par Michel Reuss, photographe

Dans le parler populaire bruxellois, Everanst signifie « quelque part », qui est aussi le titre d’un livre éponyme du photographe-marcheur Michel Reuss. Prises dans la capitale belge entre 2011 et 2021 avec une série d’appareils argentiques petit format, les photographies de cet opuscule à la belle couverture jaune pâle, parcourue de signes graphiques évoquant ceux d’un…

Bartlebying, par Serge Airoldi, écrivain

©Serge Airoldi « Fuir, mais en fuyant, chercher une arme. » (Gilles Deleuze, Dialogues) Insula Bartleby, de Serge Airoldi, est une lecture savoureuse, magnifiquement informée, du texte de Melville publié une première fois en 1853, et de ses exégèses.  C’est une œuvre très libre, interrogative, suspensive, déclarative, guidée quelquefois par la logique des paronomases à la façon…

De la Kabbale, par Isidore Isou, lettriste

Créateur du lettrisme, Isidore Isou (1925-2007), peintre, cinéaste, dramaturge, romancier, fait aujourd’hui l’objet d’une très belle publication aux éditions belges La Lettre volée, sous la direction du galeriste Eric Fabre – créateur à Bruxelles du Garage Cosmos -, ayant fait le choix pour présenter le poète né en Roumanie dans une famille juive traditionnelle d’une…

Paris, organisme vivant, par Eric Hazan, écrivain

Il est trop facile de verser dans la délectation morose à propos d’un Paris qui fut mais qui n’est plus, ou si peu. Le Paris de Villon, des Lumières et des barricades. Le Paris du peuple éduqué, phare du monde libre. Ce n’est pas faux, mais c’est aussi très peu vrai. Mieux vaut avec Eric…

Autoportait dans l’atelier, par Giorgio Agamben, philosophe

Autoportrait (près du Golgotha), 1896, Paul Gauguin, huile sur toile, Museu de Arte de Sao Paulo Assis Chateaubriand « Un crabe qui tient un papillon en l’air au-dessus de lui entre ses pinces. » Autoportrait dans l’atelier est l’un des plus beaux livres du philosophe Giorgio Agamben, peut-être son plus beau. Il s’agit d’un autoportrait intellectuel, bâti…

Petites folies en fioles, par Jean-Pierre Bobillot, nez poète

« A chaque clé suffit son pène. » Dernières répliques avant la sieste [notes sur le risible – II & III], de Jean-Pierre Bobillot, pourrait être une dystopie farcesque, mais c’est mieux que cela, puisque c’est un jeu de réappropriation littéraire survivaliste, une façon de ne pas s’en laisser compter, une énergétique verbale. Il est préférable de…

Grandeurs et misères de la société publicitaire, par Anja Conrad, photographe

Née en 1971, Anja Conrad est une artiste allemande ayant grandi aux Etats-Unis (Chicago, New York) et vivant le plus souvent à Francfort. Son travail relève de l’éveil, d’une attention portée à ce qui structure l’espace urbain, d’un enchantement né du quotidien observé d’un œil neuf. Dans Everything is always so perfect when you are…