Lee Chang-dong, cinéaste de la postmodernité coréenne, par Véronique Bergen, Antoine Coppola et Jean-Philippe Cazier

Je n’ai pas vu tous les films du cinéaste coréen Lee Chang-dong, mais j’aime apprendre, approfondir mon regard, aiguiser mon analyse. Réalisateur brillant à la filmographie célébrée dans les plus grands festivals internationaux – Green Fish (1997), Peppermint Candy (2000), Oasis (2002), Secret Sunshine (2007), Poetry (2010) et Burning (2018) -, Lee Chang-dong, qui fut…