Ne surtout pas grandir, par Lene Marie Fossen, photographe

C’est un livre que je n’ai pu ouvrir qu’en le fermant immédiatement, tant il m’a d’abord effrayé. Un livre de peine, de mort, d’épouvante, et peut-être aussi de summum de vie dans la destruction même du corps qu’il met en scène. C’est une œuvre de la Norvégienne Lene Marie Fossen, qui, à l’âge de dix…