Demain n’existe pas, Maldicidade, par Miguel Rio Branco, photographe

Le papier est fin, pourtant bourré de tessons de verre. L’encre est entêtante, tel un vin qui cogne fort. Le format 24,5 x 33 s’impose sur la table de travail, dans le cabinet des merveilles, entre les délicatesses des uns et des autres. Lumières du noir & blanc, noirceurs de la lumière. Publié chez Taschen,…