Bon qu’à ça, par Jacques-Henri Michot, écrivain, veilleur

Willy Römer, « Berlin, 11 janvier 1919. Barricades faites de rouleaux et de liasses de papier journal dans la Schützenstrasse, devant le siège de la maison d’édition Mosse », 1919© Agentur für Bilder zur Zeitgeschichte « Dites-moi ce qui se passe sur la terre. » (Joseph Joubert) Dans ce monde effondré, dans la progression quotidienne de l’abjection…

Seabound, une introspection à travers l’histoire de l’art, par Elina Brotherus, photographe

©Elina Brotherus Après Carpe Fucking Diem, paru en 2017, les éditions Kehrer Verlag publient Seabound, nouveau volume des aventures autobiographiques décalées de la photographe Elina Brotherus. Les amateurs de l’artiste finlandaise retrouveront ici sa silhouette keatonienne placée à la pointe la plus méridionale de la Norvège, dans le Southland, territoire composé de montagnes granitiques, de…

Une logique au chaos, Paul Klee, par Stéphane Lambert, écrivain

« Paul Klee écrivait de la main droite et peignait de la main gauche. Une légère distorsion fait trembler la ligne d’horizon sur laquelle nous marchons. Le trait ouvre une porte dans la couleur. Qui allume une énigme dans la raison. En chaque témoin, il y a un devin qui dort. L’œuvre, elle, demeure un chemin…

Nicolas de Staël, le feu, l’offrande, l’épuisement, par Stéphane Lambert, écrivain

Paysage de Vaucluse, 1953, Nicolas de Staël « Il s’était dit lui aussi qu’il n’avait fait que cela dans sa vie, peindre des temples, concevoir des offrandes aux dieux (à l’amour), des zones de recueillement entre l’ici et l’ailleurs » Stephane Lambert s’intéresse aux artistes porteurs d’un feu intérieur, aux regards incandescents, aux existences brûlées. En écrivant…

Cioran, Tintin de la philosophie, par Patrice Reytier, illustrateur

« Qui n’a pas la chance d’être un monstre, dans n’importe quel domaine, y compris la sainteté, ne mérite pas qu’on le prenne en considération. » (Emil Cioran) Flâner à Paris avec Cioran, ça vous dit ? Le voici en dessin (Patrice Reytier) dans un livre de format italien, dans un style ligne claire, marchant et soliloquant. Voici…

La morale est un mensonge, par Thomas Bernhard, écrivain

« Le psychiatre est le plus incompétent des médecins, et il est toujours plus près du crime sadique que de la science. Toute ma vie, ce dont j’ai eu le plus peur, c’est de tomber entre les mains des psychiatres, en comparaison desquels tous les autres médecins, qui sont en fin de compte toujours funestes, sont…

Translaturi me salutant, un entretien avec James Joyce, écrivain catholique

« Il est étrange, Monsieur Hoffmeister, que tous les instants de cet été me semblent des plus sacrés. » Il faut imaginer James Joyce entouré de langues de feu, écrivant pendant près de quinze ans Finnegans Wake dans une Pentecôte ininterrompue. En France, peu nombreux sont les aventuriers ayant tenté de traduire ce monument, don du Verbe,…

Le toucher, un art photographique, par Damien Daufresne

© Damien Daufresne Attraction, du photographe franco-berlinois Damien Daufresne est un livre d’une très grande sophistication, publié par Origini Edizioni, à Livourne (Italie), maison d’édition créée en 2012 et spécialisée dans les livres d’artiste. Couverture dépliable sur papier calque imprimé, papier gaufré, couture à la main, insertions de feuillets de plus petits formats : tout ici…

James Joyce, poète

Lorsqu’il poétise, à Dublin, Trieste ou Zurich, le grand James Joyce écrit bref, et élégiaque. Dieu est là, peut-être, dans le simple, parmi les bêtes, plus chaudes qu’âme d’homme irrémédiablement blessé, séparé. Il y a les élans d’amour, et la puissance du vent, « Ô mon enfant de bleu veinée ». « Sous les orties…

Lettre à Samuel Beckett, par Yannick Haenel, écrivain

J’ai reçu de Yannick Haenel copie d’une lettre écrite pendant le confinement pour Samuel Beckett, texte lu un soir pour la radio-télévision belge. Il est inédit en français. Je vous le transmets, sans commentaire, comme on se passe le feu en silence, alors que gagnent les ténèbres. « Montreuil, le 1er mai 2020 Cher Samuel Beckett,…

Jacques Lemarchand, critique, serviteur du théâtre, et grand amoureux

Sans la belle obstination d’amis, de critiques, d’éditeurs, de passeurs, certaines œuvres essentielles tomberaient rapidement dans l’oubli, ainsi, peut-être, celle de Jacques Lemarchand, dont les éditions Claire Paulhan publient le troisième tome du journal (1954-1960) de ses aventures littéraires et sensuelles. Lecteur chez Gallimard, ami de Boris Vian et d’Albert Camus qui le fit entrer…