Chez soi, en Belgique et à Vladivostok, par Olivier Cornil, photographe

©Olivier Cornil « Etre ailleurs et avoir l’impression, un instant, que tous ceux qui m’entourent se ressemblent. Avoir peur de m’y perdre. Basculer dans une autre dimension. Me faire happer. » Homeland Vladisvostok est un livre en deux parties d’Olivier Cornil, que séparent les notes de son journal (la campagne belge, Puntas Arenas, Reykjavik) : d’abord, en majorité,…