Être amants, par Gustave Courbet, une exposition au musée Marmottan Monet

le

Courbet-Amants-Lyon

« Elle est laide de près et je ne m’étonne pas que mon fils ait été suffoqué par sa présence, mais quand elle dit des vers, elle est adorable. » (Madame de Sévigné, Correspondance, lettre du 15 janvier 1672)

Il me plaît de chercher dans une exposition l’œuvre qui ne me quittera plus, et que j’espère retrouver intérieurement dès que la détresse reviendra, ou un besoin de surcroît de vigueur.

Pour découvrir dans l’ensemble des œuvres rassemblées cette pierre précieuse que je fantasme comme destinée à moi seule, cette amulette, ce trésor destinal, l’exposition ayant lieu actuellement au musée Marmottan Monet (Paris), Le théâtre des émotions, est parfaite – catalogue publié chez Hazan.

Quatre-vingts œuvres du Moyen Âge à nos jours, célèbres ou  non, traduisant en estampes (Albrecht Dürer, Honoré Daumier), dessins (Charles Le Brun, Johann Kaspar Lavater, Félicien Rops, Hans Bellmer), peintures (école de Rembrandt, Bartholomäus Bruyn l’Ancien, François Clouet, Guido Canlassi, Lucas de Leyde, Le Caravage, Philippe de Champaigne, Claude Marie Dubuffe, Louis Lépold Boilly, Jean-Baptiste Greuze, Jean-Honoré Nicolas Fragonard, Eugène Delacroix, Henri de Toulouse-Lautrec, Egon Schiele, Pablo Picasso, Zoran Music, Jean Fautrier), sculptures (Franx Xavier Messerschmidt, Auguste Rodin, Alberto Giacometti), photographies (des anonymes, Guillaume Benjamin Duchenne de Boulogne, Olivier Blanckart) ou installation (Christian Boltanski), une palette très riche d’émotions humaines – de la codification médiévale aux expressions contemporaines dégondées.

Noirceur de bitume, visages inondés de lumière mais peut-être aussi des signes d’un sombre destin, voici Les Amants dans la campagne, de Gustave Courbet, huile sur toile de modeste dimension (61 x 51 cm) datée de 1844, conservée au Petit Palais (Paris), et dont une version antérieure comprenant des repentirs est exposée au musée des Beaux-Arts de Lyon sous le titre Les Amants heureux.

Ces amants ont l’air de conspirateurs – dans quatre ans aura lieu une nouvelle Révolution sociale -, ce sont des clandestins que cachent les ténèbres sur le fond desquelles ils apparaissent de profil, tournés vers la gauche comme si la mort les appelait au moment même de leur complicité physique.

Un homme, dont on peut penser qu’il s’agit de Courbet lui-même, enlace une femme (la mère de son fils ?), leurs visages sont très proches, à certains égards presque jumeaux, l’amour unie comme il confond souvent avec le temps les identités de ceux qu’il rassemble.

Les corps sont très couverts – un manteau pour lui, un habit comportant col à dentelle et nœud papillon pour elle -, l’abandon se lisant sur les traits de l’amante étant le plus beau des embrasements intimes.

Ces deux-là donnent à la fois le sentiment de se protéger et de danser, le premier tableau, Les Amants heureux, ayant d’ailleurs eu comme projet de titre La Valse.

Mais cette femme protégée par les bras de qui se tient, barbe noire et corps robuste, au premier plan pourrait être un jeune homme androgyne, et cette huile sur toile un éloge indirect des amours homosexuelles.

Pour le moment, le crépuscule est tombé, la nuit gagne la scène, et la peinture est encore fraîche des liserons verts ornant la chevelure du personnage embrassé.

Comme le maître Rembrandt, Gustave Courbet s’est beaucoup peint, en violoncelliste, en homme fumant une pipe, en homme blessé.

Son visage doux et grave indique ici un repos dans le tourbillon des affects, des sens, et de l’Histoire.

Les Amants dans la campagne ? S’il n’en fallait qu’un…   

010127440

Le théâtre des émotions, publié chez Hazan (textes de Erik Desmazières, Georges Vigarello, Dominique Lobstein, Jean-Jacques Courtine, Jérôme van Wijland, Alain Corbin), est le catalogue officiel de l’exposition éponyme ayant lieu du 13 avril au 21 août 2022 au musée Marmottan Monet – commissariat Dominique Lobstein et Georges Vigarello

Editions Hazan

logo_light_with_bg

Se procurer Le théâtre des émotions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s