Des suées de vie-mort-vie, par Celine Croze, photographe

©Celine Croze C’est un livre envoûtant, noir, dangereux. Il y a ici quelque chose du premier d’Agata (Mala Noche) doublé d’une texture des images, d’un traitement chromatique et d’une approche de la nuit comme espace de solitude, de dépense et de sacrifice faisant songer à la fois à Alisa Resnik (L’un l’autre, On the night…

Georgia on my mind, par Ljubisa Danilovic, photographe

Se déplaçant sans cesse et parlant le croate comme personne, Ljubisa Danilovic est photographe, membre du collectif Tendance Floue, mais c’est aussi le nom d’un homonyme ayant vécu il y a plus de cent ans. Georgia, publié par David Fourré aux éditions Lamaindonne, est l’histoire de ce double, de cet autre lui-même, dont le destin…

Une mère, miroir brisé, temps retrouvé, par Lisa Gervassi, photographe

« Je trouve que c’est merveilleux les histoires, pas toi ? Ma mère m’avait dit une fois : Un jour je t’écrirai une lettre où je t’expliquerai toute mon histoire. Malheureusement elle n’a pas pu ou pas eu le temps de le faire. » Mommy est un livre intime et pudique composé par Lisa Gervassi questionnant sa place de…

La nuit est mon royaume, par Alisa Resnik, photographe

©Alisa Resnik Le royaume unique d’Alisa Resnik est la nuit. Personnage principal de son œuvre, le monde nocturne prend chez elle des dimensions fantastiques, qui sont aussi des espaces intérieurs hantés. On pourrait être quelquefois dans un décor de Richard Peduzzi influencé par le cinéaste lituanien Sharunas Bartas, ou le russe Alexandre Sokourov. Dans les…

De la destinerrance, par Martin Bogren, photographe

©Martin Bogren Calcutta, entre 2018 et 2020. Un oiseau perché sur le sommet d’un bâton ou d’un mince parallélépipède de fer, tête et bec penchés à la façon de qui se questionne sur la condition humaine, ou prépare quelque passe de sorcellerie.    Un paysage lointain, mer de nuages ou rivages d’une côte natale. Un…

Un hymne à l’amour, et à la photographie, par Yves Trémorin

© Yves Trémorin Ces deux-là s’aiment à la folie, chaque image en témoigne. Photographiant depuis plus de quarante ans sa compagne Monique, Yves Trémorin a conçu, sur proposition de Caroline Bénichou (agence Vu’) et David Fourré (Lamaindonne), un livre intitulé sobrement Monica, rassemblant des séries mythiques, Les Amants magnifiques, Chambre close, Un dimanche. © Yves…

Manger & photographier les enfants, pour les sauver, par Julien Coquentin

Julien Coquentin écrit des livres comme on invente les plus beaux contes pour ses propres enfants. Son dernier-né chez son fidèle éditeur David Fourré (Lamaindonne), Tropiques, évoque une île, une robinsonnade, le photographe accompagnant ses images d’un long texte au statut indécidable, mi-autobiographique, mi-fictionnel, successions de nouvelles, dont le corps blessé de Mr Yu, las…

Les secrets du tirage, par Guillaume Geneste, maître d’art

Colette © Guillaume Geneste « Je trouvais magique de voir que, sur une même feuille de papier à lettres, il était possible d’écrire un poème et de faire apparaître une photographie. » Le tirage à mains nues, de Guillaume Geneste, est le grand livre qu’il manquait en France sur l’art du tirage. Premier ouvrage essentiellement de textes…

Empire, une cosa mentale très physique, par Marie Sordat, photographe

En découvrant quelques années après sa publication (2015), le premier livre de Marie Sordat, Empire (Yellow Now), j’ai souhaité immédiatement en discuter avec son auteure, tant m’intéressent les travaux inaugurant une œuvre sans nul doute au long cours, et profondément poétique dans sa recherche de forme et de vérité. On est ici du côté de…

Trova, errance cubaine, par Gilles Roudière, photographe

  Il ne cherche pas, il trouve. La formule, bien connue, provient de Picasso, mais, antérieurement, elle est de la grande tradition de l’amour courtois, et de l’art du trobar, soit la capacité à trouver en un mot, en une phrase, en un rythme, le lieu et la formule, la source du désir et son…

Douceurs de la vie violente, par Gaël Bonnefon, photographe

J’ai attendu plusieurs semaines avant d’ouvrir le livre de Gaël Bonnefon, Elegy for the Mundane (Lamaindonne Editions). Il m’accompagnait, partait en voyage avec moi, alourdissait mes bagages. Je sentais sa puissance, sa violence, sa mélancolie, sa beauté sans concession, mais je n’étais pas prêt. Pour le découvrir, il me fallait une montagne, un lieu de…