L’écorce encore vive de l’arbre dépouillé, par Frank Smith, poète

« nous écrivons des obscurités nouvelles » Le corps va plus vite que nous, il ne cesse de se modifier. La première phrase prononcée est déjà bien en retard sur les transformations de qui l’a lancée plus tôt. Vingt-quatre états du corps par seconde, écrivent chez Lanskine Jean-Philippe Cazier et Frank Smith, au moins. Le…