Poétiques et micropolitiques des écritures singulières, par la revue If

©Laurent Eisler Revue des Arts et des écritures contemporaines, If, fondée par Liliane Giraudon, Henri Deluy et Jean-Jacques Viton, en est déjà à son cinquantième numéro. Dirigée par Hubert Colas, cette publication marseillaise semestrielle est devenue l’un des lieux les plus réjouissants de l’art contemporain, l’humour et l’esprit de jeu, voire d’enfance, n’y étant pas…

Words, lay me down, par Eric Sarner, poète

« J’écris sur Fernando Pessoa et sur la boxe, sur les mères de la place de Mai de Buenos Aires et sur Marcel Duchamp, sur le ladino, la langue des juifs d’Espagne, et sur l’art de Frank Sinatra. Je respire ainsi. Complètement. J’aime les puzzles. Les choses attendent toujours qu’on les conjugue. » Se définissant comme « voyageur-chroniqueur »,…

Des féminicides en Italie, par Arianna Sanesi, photographe

© Arianna Sanesi « Tous les trois jours, s’indigne Arianna Sanesi, un fait divers apparaît, annonçant un énième meurtre de femme. Et ça se perd dans le reste des nouvelles. » Troisième titre des éditions D’une rive à l’autre – après Littoral Marseille, d’Elise Linares et Michel Peraldi, et Arménie, année zéro, de Patrick Rollier -, Les…

De la photographie comme pratique magique, par Olivier Rebufa, plasticien

© Olivier Rebufa Né à Dakar en 1958, ayant passé sa petite enfance à Madagascar et au Cameroun, Olivier Rebufa aime se mettre en scène dans des univers miniatures. Au royaume de Babok, publié par Le Bec en l’air, est un objet livresque étonnant, évoquant les liens très forts entre l’auteur et sa deuxième maman,…

Le temps retrouvé, par Shiraz Bazin-Moussi, photographe

© Shiraz Bazin-Moussi Publié par les éditions marseillaises Le Bec en l’air, L’écume des amnésies est le premier livre de la photographe franco-tunisienne Shiraz Bazin-Moussi. C’est un retour en tirages Fresson au pays de l’enfance, les méconnues îles Kerkennah, archipel situé au large de la ville côtière de Sfax. © Shiraz Bazin-Moussi Que reste-t-il des…

Méditerranée, vers un nouveau paradigme ?

© Yohanne Lamoulère Publication de qualité, le deuxième numéro de la revue Styles de vie issue de la centrale marseillaise La Fabrique de la Méditerranée s’interroge sur le devenir de nos comportements et modes de vie dans la « bio-région » méditerranéenne à l’heure des catastrophes – écologique, sanitaire, économique. Intitulée « Mesure et démesure », cette nouvelle livraison…

La béance, la voix, la mort, par Yannick Haenel, écrivain

Ecrit à la demande de Yann Robin, qui a composé à partir de ce texte une pièce de musique, créée le 12 mai 2018 au théâtre de la Criée de Marseille dans une mise en scène d’Arthur Nauzyciel (récitante soprane Elise Chauvin), Papillon noir est un monologue féminin composé par Yannick Haenel. Il y est…

De l’écosystème de la photographie en France, acquisitions des collections publiques

L’Etat français est puissant, il peut certes davantage, mieux, accorder davantage de places aux artistes en les soutenant de façon accrue financièrement et logistiquement, mais, loin de la plainte sempiternelle, on peut souligner aussi l’importance et l’ambition de nouvelles initiatives qui réjouissent, ainsi la publication au Bec en l’air – avec le soutien du Ministère…

L’île Castellane, par Teddy Seguin, photographe

Castellane, cité marseillaise, est une île urbaine, un monde clos, avec ses codes, son identité, ses frontières. Consacré à ce vaisseau de béton et à son peuple, Castellane est le troisième volet du cycle Insulae auquel travaille Teddy Seguin. Publié conjointement par Filigranes Editions et Zoème éditions, accompagné du texte de Youssouf Djibaba, qui a…

Foto povera, la photographie et l’enfance de l’art, par Yannick Vigouroux, Jean-Marie Baldner et Christian Gattinoni

Avec le concept de foto povera faisant l’éloge des pratiques dites « archaïsantes », contre le mythe techniciste et la vulgate bressonienne de « l’instant décisif », Yannick Vigouroux, critique et photographe, a créé beaucoup d’émoi. Collectif informel de photographes prônant le geste libre et l’enfance de l’art, foto povera n’a pas joué le jeu…