L’hyperlieu du capitalocène, Dubaï, par le photographe Nick Hannes

Dans l’empire du faux mondialisé, Dubaï fait sans nul doute figure de laboratoire exemplaire. Fruit d’une enquête de plusieurs années, Garden of delight du photographe anversois Nick Hannes en montre, sans avoir besoin d’en appuyer la critique, à la fois toute l’absurdité et la monstruosité. Dans cette ville des Emirats arabes unis, il semble que…