Une sauvage innocence, par Michèle Le Braz, photographe

©Michèle Le Braz C’est grâce à Bernard Plossu, passeur infatigable et ami généreux, que j’ai découvert l’œuvre d’immense sensibilité de Michèle le Braz. Célébrée d’abord pour ses photographies de chevaux, si empathiques, si fraternelles – livre Chevaux du bout du monde aux éditions rennaises Rue des Scribes, 1998 – qu’elles intimident, tant elles témoignent d’une…