Paul McCartney a les yeux rouges, par Linda McCartney, photographe

Rencontrant Paul McCartney en photographiant les Beatles en 1967, Linda McCarney (1941-1998) eut une carrière de photographe de rock, mais elle est aujourd’hui essentiellement reconnue pour ses polaroïds célébrant la vie quotidienne auprès de son mari et de ses enfants. Sensible aux droits des animaux, à la question du végétarisme et à la condition féminine,…

L’œil et l’abîme, par Jacques Vilet, photographe

On pourrait tomber de cette forêt bordant la mer, se croire Icare et chuter. Pourtant, nous nous tenons encore debout dans l’être, et nous abordons les précipices sans ciller. Il y a ici beaucoup de démesure dans les paysages, du sublime, le commencement de la terreur, mais il y a aussi la raison, le sens…

Voyage dans la délicatesse, par Israel Ariño, photographe

Un jour, le 11 mars 2011, le Japon a failli disparaître, la région de Fukushima étant dévastée par un tsunami endommageant ses centrales nucléaires. Un jour, ailleurs, en Angleterre, aux Etats-Unis, en France, le beau pays de notre enfance sera peut-être évacué, contaminé pour des centaines d’années. En attendant, il y a le soin que…

Claudie Hunzinger, écrivain, et Isabelle Mège, modèle, vivre le nu

« Je suis le lièvre. Je suis la bécasse. Je suis le cerf. » On trouve dans la revue de Gilbert Moreau, Les Moments littéraires, des articles qu’on ne lirait nulle part ailleurs, des dossiers consacrés à des écrivains échappant le plus souvent aux radars germanopratins (Fabienne Jacob, Lydia Flem, Jocelyne François), l’affirmation d’une ligne…

Thoreau, transcendantaliste-descendantaliste, par Kenneth White, poète

« Ne serait-ce pas délicieux, écrit Thoreau, de rester plongé jusqu’au cou dans un marais solitaire pendant tout un jour d’été, embaumé par les fleurs du myrica et de l’airelle ? Disons douze heures de conversation familière avec la grenouille tachetée… » Lire Kenneth White ne lave pas de tous les péchés – on en…

Vivre heureux n’est pas une option, par Elise Toïdé, photographe

« Il fera longtemps clair ce soir » est un vers de la poétesse Anna de Noailles (1876-1933), dont l’œuvre célèbre la beauté paisible de la nature, la douceur des bords de lac contre l’univers urbain déshumanisant. C’est aussi un livre de photographie d’Elise Toïdé, dont le décor unique est celui du parc Jean-Moulin-Les-Guilands de…

Croire en soi, par Ralph Waldo Emerson, philosophe

« Dans le monde, il est facile de vivre selon l’opinion du monde ; dans la solitude, il est facile de vivre selon la sienne ; mais le grand homme est celui qui, au cœur de la foule, garde avec une parfaite douceur l’indépendance de la solitude. » Le grand homme, l’homme vrai, ne doit pas craindre l’inconstance, quand…

Le frisson des choses qui s’enfuient, par Charlotte Mano, photographe

Avec la force de l’insoutenable légèreté de l’être, Charlotte Mano a photographié sa mère malade. Elle est nue, exposée, et pourtant d’une très grande pudeur. La complexité du rapport mère-fille devient dans Thank you Mum une bouleversante complicité de femmes se portant mutuellement attention. Il y a ici du soin et de l’audace, des protocoles…

L’expérience africaine de Céline, par Pierre Giresse, géologue, écrivain

« Chaque soir sur les cinq heures, je grelotais de fièvre à mon tour, et de la vivace […] moi, j’avais vocation d’être malade, rien que malade. » Louis Destouches a vingt-deux ans lorsqu’il découvre comme médecin sans diplôme l’Afrique. Il y restera neuf mois, notamment en tant que gérant d’une factorerie de troc commercial…

Le vertige d’être au monde, par J.H. Engström, photographe

Tout va bien est un film de Jean-Luc Godard et de Jean-Pierre Gorin, sorti en 1975, racontant la grève dans une usine et la séquestration d’un patron. Depuis, les idéaux politiques ont chuté, et la guerre se joue plus que jamais sur le plan intime : contre le recouvrement et la transformation de tout geste libre…

Porquerolles, île enchantée, par Bernard Pesce photographe indigène

Le temps a passé, il n’est même pas passé, c’est le petit point d’un nageur dans une eau immuable. Porquerolles est de ces lieux qui happent, ou rejettent, une île. Le photographe Bernard Pesce y vit depuis longtemps, depuis toujours. Il y connaît chacun, en ses humeurs et territoires. C’est un enfant d’un pays frangé…