April in Bruxelles, by Joseph Charroy, fanzinator

Pendant ce temps-là, en Belgique, ça bosse encore. Ça compile, ça brasse, ça s’embrasse aussi, sûrement, au moins dans les coins, et ça fanzine à mort. Après le superbe Passer par le feu, de Sophie Fougy (Primitive Editions, mars 2020), présenté comme il se doit dans L’Intervalle, voici de Joseph Charroy himself, Avril. Après April…

Terres, l’inconnaissable, par Eric Bourret, photographe

Quand il marche, Eric Bourret photographie les terres, les roches, les broussailles, comme s’il s’agissait de cosmos. Dans l’apparent chaos de ce qui apparaît, l’artiste isole par son cadre des organisations formelles à la fois mystérieuses et, dans leur logique propre, de grande cohérence. La raison humaine n’est pas équipée pour comprendre la fine nécessité…

Les nouvelles pastorales, par Janine Bächle, photographe

Le mouvement hippie, n’en déplaise au mage noir Michel Houellebecq, fut une des meilleures choses qui soit arrivée au XXème siècle. Cheveux longs, idées longues, drogues multiples, amour libre sous les astres, autostop, recherche de sagesse, interdiction d’interdire. Rien de plus logique qu’à notre époque asphyxiée le retour à la nature fasse partie des priorités…

Un sacrifice, par Elie Monferier, photographe

Les chiens sont excités, la meute est excitée, les bois sont excités. Une cérémonie se prépare, une mise à mort. Quelques cartouches, de vastes ciels tourmentés, des yeux renversés. Dans les ténèbres des chairs pénètre le couteau sanglant. Ce sacrifice est un livre, rare, puissant, inattendu, intitulé Sang Noir. « Au Moyen-Age, explique Elie Monferier,…

Le parlement des vivants, par Bernard Descamps, photographe

La nature est impitoyable, féroce, prédatrice, en guerre perpétuelle, et furieusement en vie jusque dans ses cycles de destruction – lorsque l’être humain, arrivé au stade terminal de sa corruption, ne s’en mêle pas. La nature, oui, mais pas Natura, de Bernard Descamps, qui est un hymne au calme, à la mer étale, à la…

Le besoin du paysage, par Edouard Decam, photographe

Considérant que le paysage est bien moins une volonté de représentation que la résultante du mouvement, d’un corps faisant l’expérience de son agissement dans et par la nature, d’un déplacement, Edouard Decam est l’auteur d’une œuvre intitulée Paysages involontaires, exposée à l’Espace Contretype de Bruxelles. S’intéressant notamment aux infrastructures ayant modifié par leur présence l’espace…

Le désert croît, par Pierre de Vallombreuse, photographe

Pierre de Vallombreuse est un homme constamment en mouvement, amoureux de la planète Terre au point de se désespérer totalement de son avenir, travaillant pourtant sans relâche à la reconnaissance et préservation des peuples autochtones et de la biodiversité. Sensible aux blessés de l’Histoire, aux invisibles, son œuvre photographique est une tentative de préserver une…

Dernier acte, stade ultime du ravage, par Antoine Herscher, photographe

Après Arbor (Actes Sud 2016), le photographe Antoine Herscher poursuit sa réflexion sur la puissance de la nature, observant le réensauvagement du monde à travers des environnements industriels abandonnés, des paysages enlaidis par l’hubris humaine, et les effets d’une pollution brutalisant le simple. Tel le promeneur de Jean-Jacques Rousseau, nous nous enchantons d’une vue sur…

Plateau Avijl, merveilles de la pénombre, par Marielle Geerinckx, photographe

Nocturnes, le premier livre de Marielle Geerinckx est un objet éditorial d’une belle élégance, à la fois austère et ouverte sur l’héraldique du vivant. Pendant plusieurs années, l’artiste belge a photographié, au flash ou à la lampe de poche, le plateau Avijl, à Uccle, dans la région de Bruxelles-Capitale. Dans une communication profonde avec la…

Paul McCartney a les yeux rouges, par Linda McCartney, photographe

Rencontrant Paul McCartney en photographiant les Beatles en 1967, Linda McCarney (1941-1998) eut une carrière de photographe de rock, mais elle est aujourd’hui essentiellement reconnue pour ses polaroïds célébrant la vie quotidienne auprès de son mari et de ses enfants. Sensible aux droits des animaux, à la question du végétarisme et à la condition féminine,…

L’œil et l’abîme, par Jacques Vilet, photographe

On pourrait tomber de cette forêt bordant la mer, se croire Icare et chuter. Pourtant, nous nous tenons encore debout dans l’être, et nous abordons les précipices sans ciller. Il y a ici beaucoup de démesure dans les paysages, du sublime, le commencement de la terreur, mais il y a aussi la raison, le sens…