Eloge des ombres, par Adam Pape, photographe

Si l’on veut préserver encore quelque chose de l’ordre d’une intimité, d’un ensauvagement secret, de notre envie de vivre selon la logique de nos instincts, il convient d’imaginer de nouveaux espaces, de pénétrer les zones d’ombre et de s’en faire des amies précieuses. Prises dans les parcs des quartiers new-yorkais de Washington Heights et de…

Le vertige d’être au monde, par J.H. Engström, photographe

Tout va bien est un film de Jean-Luc Godard et de Jean-Pierre Gorin, sorti en 1975, racontant la grève dans une usine et la séquestration d’un patron. Depuis, les idéaux politiques ont chuté, et la guerre se joue plus que jamais sur le plan intime : contre le recouvrement et la transformation de tout geste libre…

L’appel à l’acte de l’écriture, par Patti Smith, voyageuse du multivers

« Une joie particulière accompagne la météo, clémente, une légèreté appréciable à laquelle je succombe facilement. J’entre dans l’église de Saint-Germain où des garçons sont en train de chanter. Une communion peut-être. Il y a dans l’air un enchantement solennel et j’éprouve le désir familier de recevoir le corps du Christ, mais je ne me joins…

La drôlerie de l’humaine condition, par Richard Kalvar, photographe

Né à Brooklyn en 1944, installé à Paris, Richard Kalvar, cofondateur en 1972 de l’agence Viva, intègre en 1975 l’agence Magnum. Son travail est étonnant, drôle, profondément humain sans mièvrerie. Abusivement assimilé au mouvement de la street photography, Richard Kalvar pose sur le monde un regard facétieux, plus proche de la mise en scène que…

Robert Frank, la dissolution du moi, par Arnaud Claass, essayiste, photographe

L’ouvrage que consacre le théoricien et photographe Arnaud Claass à l’œuvre de Robert Frank, Essai sur Robert Frank (Filigranes Editions, 2018), est un livre important, tant nous peinons à dégager l’auteur du séminal Les Américains, l’ami des écrivains beat, de la seule mythologie de la route. Arnaud Claass explore ici le travail d’un artiste aux recherches…

Walk With Strangers, par Benjamin Deroche, photographe

La ville de New York n’existe pas, d’ailleurs Benjamin Deroche l’a rencontrée. En mai 2018, le photographe était du côté de NoLIta (North of Little Italy) et Chelsea, soit nulle part, ou au centre du monde habitable, puisque le prix de l’immobilier y atteint désormais des sommes plus que confortables. Pourtant, les façades qu’il regarde…

Un genre de beauté qui dérange, Rene Ricard, dernier des poètes beat

« L’aube le gifle en plein visage / Et le cœur glisse sous son rocher. » L’apparition en français de Rene Ricard 1979-1980, poèmes de l’Américain Rene Ricard, publiés comme il se devait, afin de respecter son édition originale, sous une superbe couverture bleu Tiffany, est un véritable bonheur dans une époque manquant singulièrement d’élégance et d’énergie salvatrice,…

D’une Belgique carnavalesque et mélancolique, par le photographe Harry Gruyaert

Roots est un des best-sellers du photographe belge cosmopolite (Maroc, Inde, Japon…) Harry Gruyaert, publié une première fois en 2012, vite épuisé, et réédité aujourd’hui par Xavier Barral accompagné de vingt-et-une images inédites. Roots est un blues belge, soit un voyage, du noir & blanc à la couleur, aux sources d’une mélancolie teintée d’un humour…

La photographie comme relation humaine, par Susan Meiselas

« Quel que soit notre degré d’implication, la réalité nous échappe. » Pour comprendre la personnalité et la démarche esthétique de la photographe américaine Susan Meiselas, il faut s’attarder sur son autoportrait de 1971 faisant songer à une image de Francesca Woodman. La jeune auteure née en 1948 à Baltimore y apparaît dans toute sa grâce, jambes…

Le tremblement en photographie, une morale, par Caroline Bénichou, auteure, commissaire d’exposition

En conversant avec Caroline Bénichou, j’ai souhaité revenir sur un événement majeur actuellement en cours au Musée du Botanique de Bruxelles, l’exposition Eyes Wild Open (catalogue éponyme chez André Frère), montée par Marie Sordat. Consacrée à l’histoire de « la photographie qui tremble », cette exposition révèle que, loin de n’être qu’une révolte contre les pères (Cartier-Bresson…

William MacKendree, peintre beat, et adepte du monde flottant

Né en 1948, William MacKendree est un peintre et graveur américain vivant entre New York et Paris, après avoir enseigné quelques années son art sur l’île grecque de Paros. Représenté en France par les galeries La Navire (Brest) et Bernard Vidal (Paris), l’artiste américain possède un vocabulaire graphique immédiatement reconnaissable, faits de signes premiers, de…