De la fraternité, Albert Camus et Louis Guilloux, une correspondance

« Ce qui équilibre l’absurde, c’est la communauté des hommes en lutte contre lui. Et si nous choisissons de servir cette communauté, nous choisissons le dialogue jusqu’à l’absurde – contre toute politique du mensonge ou du silence. » (Albert Camus à Louis Guilloux – 5 janvier 1946) Dans l’atmosphère de meurtre et de petitesse morale…

Drames et beautés de la cour des miracles, par Magnus Cederlund, photographe

Tout ment, cache, masque, dissimule, sourit dans le faux. Tout se vante, se monte le bourrichon, épate sa galerie, s’enveloppe de discours comme on revêt la toge virile. Pourtant, il y a eux, les autres, les oubliés, les déglingués, les inconvenables, les relégués, les invisibles. Ce sont les êtres cabossés de Skin Close (Journal, 2018),…

Seuls, mais ensemble, Robert Doisneau-Maurice Baquet, une amitié

« Je tâcherai de garder la joie de voir les choses puisque de toute façon chaque type est seul, c’est comme ça, mon pauvre monsieur. » C’est évident pour beaucoup, peut-être, mais il n’y aurait pas Robert Doisneau sans Jacques Prévert, comme il n’y aurait pas Jacques Higelin sans Prévert et Cocteau, c’est-à-dire sans une…

Une humanité de Silésie, par Lorenzo Castore, photographe

Depuis vingt ans, Lorenzo Castore parcourt la Silésie, région industrielle et minière, essentiellement polonaise, dont les frontières furent mouvantes tout au long du XXe siècle. Territoire traditionnel d’insurrections, portées par la force, physique et de caractère, de ses travailleurs manuels, la Silésie n’a pas la beauté vendeuse des cartes postales de la Toscane, mais c’est…

Algérie, la douceur d’une datte noire, par Tytus Grodzicki, photographe

On connaît très mal l’Algérie, épargnée jusqu’à aujourd’hui de la défiguration/dénaturation par le tourisme de masse. On la connaît très mal, et l’on aime qu’elle reste mystérieuse, ne se révélant qu’avec pudeur. On voit et l’on entend pourtant ses poussées de fièvres, on voit et l’on entend la force de ses enfants, on voit et…

Shirley Baker, photographe britannique méconnue, reconnue, par Lou Stoppard

Shirley Baker (1932-2014) est une photographe britannique, essentiellement reconnue pour ses photographies de rue dans les quartiers populaires du grand Manchester. Sa vie est un long combat sans hargne pour la revendication de la place des femmes dans la société. Photographiant essentiellement en noir et blanc, elle documente la vie du peuple avec beaucoup de…

Montreuil, la rue, la vie, par Jean-Fabien Leclanche, photographe

« Que l’interprétation des faits est aussi une question d’état d’esprit. » Après Good Morning Montreuil (2015), Les chroniques de Montreuil est le deuxième livre aux Editions de Juillet de Jean-Fabien Leclanche. C’est un récit en huit textes et images racontant le quotidien de cette ville de la banlieue rouge, jusqu’à la rencontre du chantier…

Tony Ray-Jones, comète de la photographie britannique

Pour son action en faveur de la photographie britannique, le British Council devrait offrir une place d’honneur dans ses programmes à Clémentine de la Féronnière. Paraît aujourd’hui, conjointement au volume Early Works, consacré aux travaux de jeunesse en noir & blanc de Martin Parr, un ouvrage de grande importance dédié à l’un de ses maîtres,…

Vivre heureux n’est pas une option, par Elise Toïdé, photographe

« Il fera longtemps clair ce soir » est un vers de la poétesse Anna de Noailles (1876-1933), dont l’œuvre célèbre la beauté paisible de la nature, la douceur des bords de lac contre l’univers urbain déshumanisant. C’est aussi un livre de photographie d’Elise Toïdé, dont le décor unique est celui du parc Jean-Moulin-Les-Guilands de…

Fernand Pouillon, architecte de combat, par Daphné Bengoa & Leo Fabrizio, photographes

Pour connaître la vie et l’œuvre de l’architecte français Fernand Pouillon (1912-1986), on peut lire son roman écrit en prison (Les Pierres sauvages, 1964 – histoire de l’abbaye du Thoronet), et ses Mémoires (1968), narrant une vie passionnante, parfois même rocambolesque. Les éditions Macula nous offrent aujourd’hui l’opportunité de redécouvrir le travail magistral qu’il a…

Louis-Ferdinand face à ses juges, Céline en prison

  « On fout le camp jamais assez tôt, assez loin… » (Lettre à Marie Bell, 17 décembre 1948) Traqué, persécuté, emprisonné, accusé de trahison, Louis-Ferdinand Céline ne comprend pas, s’insurge, se défend, attaque. Deux hypothèses lui semblent s’imposer, conduites toutes deux par un désir de vengeance : les communistes n’auraient pas supporté la parution…