Pierre & Gilles, une chanson d’Yma Sumac

FOR EVER AVEC CADRE - PG

For Ever
(Stromae), 2014
© Pierre et Gilles

« Ex-fan des sixties / Petite Baby Doll / que sont devenues toutes tes idoles ? »

Ces deux-là, drôles de paroissiens, vous emmènent à la messe.

Munissez-vous de leur missel, très beau petit livre à la couverture bordeaux, tranches passées à l’or fin, image saint-sulpicienne sur la couverture.

EXTASE AVEC CADRE
Extase
(Arielle Dombasle), 2002
© Pierre et Gilles

Une iconographie saint-sulpicienne oui, mais transformée par un voyage au Mexique, et tout ce que comporte de folie le monde baroque.

Pierre et Gilles nomment ainsi leur dernière pop song La Fabrique des Idoles, et c’est comme si vous entendiez au même moment sonner l’ensemble des cloches des églises de Venise, dont la beauté est un délire, un vertige, une abondance.

Peintres de la vie ultramoderne, les photographes réinventent la Légende dorée à l’époque triomphante du star sytem.

LA MADONE AUX FLEURS AVEC CADRE
La Madone aux fleurs
(Clara Luciani), 2019
© Pierre et Gilles

Dans leur imaginaire survitaminé, Mickael Jackson est un zombi, Big Jim un ange hypersexué, et Claude François un joueur de foot célèbre.

Ouvrant le spectacle par des images de leur atelier kitsch and chic, cabinet de curiosité saturé des productions de l’art modeste mondialisé, les deux compères rassemblent en un festival d’images incroyablement naïves et sophistiquées leurs amis les plus connus – Marie France, Lio, Mick Jagger, Nina Hagen, Gainsbarre, Sylvie Vartan, Marc Almond, Kylie Minogue, Matthieu Chedid…

La Fabrique des idoles est bien davantage qu’un livre d’art, ou un catalogue d’exposition, c’est un reliquaire de l’ère du Spectacle, montrant quelques-uns de ses plus beaux enchanteurs comme des divas absolues, ou des saint(e)s en extase.

LE GRAND AMOUR AVEC CADRE
Le Grand Amour
(Marilyn Manson et Diva Von Teese), 2004
© Pierre et Gilles

Ce sont des allégories de la foi débordante, de la fête ininterrompue, de la dépense contre la crise, de la gratuité, de l’innocence.

Les cadres sont dorés et la nostalgie n’est pas de mise.

Maman, papa, je serai une star, ou rien.

Pas de nuit sans fin, mais la clarté d’un Te Deum queer et free.

DeNoirmont - pg_c_ninahagen_1993_300
Nina Hagen
(Nina Hagen), 1993
© Pierre et Gilles

En accompagnement des œuvres présentées dans leur livre, et conjointement pour une exposition à la Philharmonie de Paris, Pierre et Gilles ont imaginé une playlist exceptionnelle, Claude François, Sheila, Etienne Daho, Iggy Pop, Juliette Gréco, Edith Piaff, Sylvie Vartan, Marc Almond, William Sheller, Indochine, Nirvana, Françoise Hardy, Charles Trénet, Bérurier noir, Stromae, Kylie Minogue & Nick Cave, Madonna, Conchita Wurst…

Que voulez-vous de mieux que la lumière des idoles, manants ?

la-fabrique-des-idoles.jpg

Pierre et Gilles, La Fabrique des Idoles, textes de Marie-Pauline Martin & Laurent Bayle, François Piron, Maxime Boidy, Anca Vasiliu, Musée de la Philharmonie de Paris / Editions Xavier Barral / galerie Templon, 2019

Xavier Barral Editions

COMME UN GARCON AVEC CADRE
Comme un garçon
(Sylvie Vartan), 1996
© Pierre et Gilles

Exposition au Musée de la Musique (Paris), du 19 novembre 2019 au 23 février 2020 – commissariat Milan Garcin, avec la collaboration de Pierre et Gilles

Philharmonie de Paris

d

Se procurer La Fabrique des idoles

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s