Family, love and troubles, par Mathilde Helene Pettersen

011
© Mathilde Helene Pettersen

« It is all about small moments / Moments that make a life / a relationship or a family »

Fonder une famille, tenter de lui donner une forme à peu près tenable dans la durée, est un pari risqué en nos temps de grands affairements et de hautes solitudes.

Bébé est là, qui cherche les yeux, qui cherche le sein, qui tâtonne et s’obstine, se désespère et trouve.

012
© Mathilde Helene Pettersen

Maman est épuisée, heureuse, nourricière.

Dehors, c’est peut-être la guerre, ou les diverses modalités du mal contemporain.

016_A
© Mathilde Helene Pettersen

Ici, pour quelques instants encore, c’est une bulle, un rêve, un havre de protection.

Le monde est bleu et blanc, la lumière douce, dans laquelle dort le couple multimillénaire d’une mère et de son nouveau-né.

Cet inouï de naissance et de famille se nomme I need a kiss before they leave, livre publié en Allemagne chez Kehrer Verlag, et pensé par la photographe norvégienne Mathilde Helene Pettersen.

017
© Mathilde Helene Pettersen

Mais le bonheur est un géant fragile, quand arrivent les angoisses, les impasses, l’aphasie, la dépression.

Une famille s’agrandit, les corps s’encastrent dans des bassines en plastique, rien n’est mieux que cette douceur d’eau et de peau.

014
© Mathilde Helene Pettersen

Don d’une poitrine dont le lait coule.

Don d’une succion.

C’est le début et la fin du monde, l’amer absolu du tout-petit d’homme.

018
© Mathilde Helene Pettersen

Maman a le visage tuméfié, bébé a le nez abîmé, il y a eu choc, drame, trauma.

La nuit n’en dira rien, ni le lapin de porcelaine posé sur la table de chevet.

Papa dort, tandis que l’enfant regarde sa mère munie de sa drôle de prothèse optique arrêtant la course du temps.

064
© Mathilde Helene Pettersen

Un ballon dans le ciel, des ailes d’ange, le corps d’une mère flottant dans l’eau.

Des bisous et de la neige, des ombres et des pleurs.

Des doudounes et des herbes figées par le froid.

079
© Mathilde Helene Pettersen

« The life you plan does not / always happen / Unexpected things turn up / Sometimes without explanation »

Une tache rouge sur un drap, comme une liqueur de coquelicot, comme la fécondité, comme la mort.

Devenir mère n’est pas si simple, lorsque l’amour se transforme en peur de la perte.

065
© Mathilde Helene Pettersen

Boutons de maladie infantile, fièvre, inquiétudes.

Pleine santé et service de néonatalogie, tout va très vite dans l’impossible.

Seringue et menace d’une araignée noire.

Quand le spectre de l’irréductible s’éloigne, remercier les dieux en faisant un grand feu, en se tenant par la main sur le rivage glacé, en cueillant des fleurs pour les rassembler en un fabuleux bouquet.

050
© Mathilde Helene Pettersen

Grand-mère sera contente, qui en a déjà tant vu.

Une main parcheminée enveloppe la mousse de très petits doigts.

Les paysages sont verts, les chemins parsemés d’algues magiques.

Si l’on compte bien, les enfants sont quatre.

Ce n’est peut-être qu’un début, les fougères sont en pleine forme cette année.

9783868289633_web

Mathilde Helene Pettersen, I need a kiss before they leave, texte de Anna-Kaisa Rastenberger, design July Mollik, Kehrer Verlag, 2019, 112 pages – 101 images en couleur

Mathilde Helene Pettersen – site

079
© Mathilde Helene Pettersen

Kehrer Verlag

080
© Mathilde Helene Pettersen

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s