Sous le signe de Saturne, et de la neige, par Agata Grzybowska, photographe

 

9 Gates of No Return
©Agata Grzybowska

Tout commence par le noir, saturnien, intense, tel un néant éblouissant.

Tout commence par une chute, ou une rupture, une blessure, une pensée de fond, entraînant un nouveau départ, une révolution intérieure, un autre chemin de vie, définitif.

Voici neuf personnes ayant choisi de quitter la ville pour les montagnes des Basses-Carpates, en Pologne, et le Parc National des Bieszczady, soit la beauté absolue de la nature, ou le désert, quoi qu’il en soit un point de non-retour.

1
©Agata Grzybowska

Voici 9 Gates of no Return, livre superbe de la photographe polonaise Agata Grzybowska (Blow Up Press), révélant en deux parties (essentiellement des portraits sur papier épais / l’histoire de chacun sous forme de témoignage sur papier doux accompagné de photographies de plus petits formats) les lignes de destins exceptionnels.

Ces hommes et femmes ayant redessiné radicalement les contours de leur vie, habitant de simples refuges parfois sans eau, ni électricité, sont des pionniers, de grands solitaires tentant de se réapproprier leur être profond au contact du simple et du sublime des environnements naturels.

9 Gates of No Return
©Agata Grzybowska

Les visages sont marqués, parcheminés, ce sont ceux des oracles de toujours.

Leur départ est un chemin intérieur, une expérience très profonde.

Indifférents et majestueux, les bois les regardent, les accueillent, chacun a sa place, chacun dans sa puissance et sa précarité.

3652e8e4-4578-4818-bb07-d79c6c004418
©Agata Grzybowska

 

 

Chacun dans ses accablements et son courage, ses brisures et sa détermination souveraine.

Le défi est là, sentir, sentir pleinement, enfin, de nouveau, pour la première fois, être totalement au monde, jeté, nu, exposé, vulnérable, et pourtant sous l’abri de l’essentiel.

Ici, il n’est nul besoin de police, de contrôle, de papiers d’identité, car la vérité éclate à chaque instant, à chaque coup de pelle permettant de déneiger l’entrée de la cabane.

9 Gates of No Return
©Agata Grzybowska

Quoi de plus vrai qu’une trace de botte dans l’épaisseur virginale ?

On peut mourir à tout moment, car l’on vit chaque moment à fond, jusque l’ennui qui ronge.

Regardez mes mains, regardez la force de mes bras, regardez le noir sous mes ongles.

Toi la photographe, tu viens, repars, t’installes un peu, avant de dire et montrer au monde, à tous, à quel point nous avons déserté, à quel point nous sommes libres dans nos contraintes, à quel point nous ne reviendrons plus.

9 Gates of No Return
©Agata Grzybowska

Les colibris sont nos seuls juges, et la glace qui se fend, et le bonnet de laine qu’il ne faut surtout pas perdre.

Il y a des sacrifices qui sont des lumières, même s’ils précipitent notre propre mort.

Un chat regarde à la fenêtre, souhaitons qu’il nous survive.

AG_02_0d0b9286-1f49-4eb7-83c9-b6e7de5d210d_1024x1024

Agata Grzybowska, 9 Gates of no Return, book design Aneta Kowalczyk, introduction Stefano de Luigi, Blow Up Press, 2017 – 1000 copies

Blow Up Press

نمایشگاه+آگاتا+گژیبووسکا+در+گالری+ای+جی
©Agata Grzybowska

Agata Grzybowska – site

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s