Des lieux de débauche comme on les aime, par Yan Morvan, photographe

© Yan Morvan Avec le livre choc Pigalle (La Manufacture de livres, 2020), Yan Morvan ne baisse pas la garde, bien au contraire. On l’attaque, il surenchérit ; on le flatte, il sourit, et se détourne, pensant déjà à ses trois prochains livres et aux trésors enfouis dans ses archives. L’époque est à la moraline, la…

Le tirage, art du vivre ensemble, par Alexandre Arminjon, photographe-tireur

© Alexandre Arminjon Depuis quelques étés, je reçois d’Alexandre Arminjon, rencontré chez Agathe Gaillard – aujourd’hui La Galerie Rouge – une lettre manuscrite. J’apprends à le connaître, je progresse dans ma compréhension de son œuvre, dans son désir d’art, dans ses nécessités existentielles. Passionné de tirage, le jeune photographe a fondé, à Paris dans le…

Identifications d’une femme, Jeanne Damas par Vincent Ferrané, photographe

Créatrice de la marque de cosmétique et de mode Rouje, Jeanne Damas est une influenceuse, ayant plus de 1,4 millions de followers sur Instagram. Un physique superbe, une élégance naturelle, du mystère, une femme moderne incarnant l’esprit même de la France, émancipée, libérale, progressiste. Construite socialement par la puissance de la virtualité, Jeanne Damas n’est-elle…

Paris à la sauvette, par Fabien Beauger, photographe

© Fabien Beauger « Je vis à Paris entre ébahissement et effarement. Paris est ma ville, ma matière première, mon terrain de jeu privilégié, l’endroit où j’ai les yeux partout. » Déviation est le premier livre photographique, autoédité, de Fabien Beauger, une ode à Paris très libre, presque punk. © Fabien Beauger Tout n’y est pas parfait,…

Thermidor, les villes se barricadent, par Jacques Berthet, photographe

Pour l’instant, tout est calme, tout dort, tout repose dans le silence. La ville a travaillé, secrètement, discrètement, toute la nuit, et la voilà dès l’aube nouvelle métamorphosée. Des plaques de bois ont été posées un peu partout avec minutie, sur les façades des immeubles, banques, et magasins rutilants. Une émeute se prépare, il faut…

Théâtre, mer de ténèbres, par Claude Régy, auteur-metteur en scène

« Je me suis aperçu que le silence n’était pas muet. Que le silence, comme le dit Meschonnic, n’est pas un arrêt du langage mais que c’est, en fait, une catégorie du langage. C’est-à-dire qu’il y a une qualité d’expression qui ne peut s’atteindre que dans le silence et par le silence. » Claude Régy a créé…

James Joyce, poète

Lorsqu’il poétise, à Dublin, Trieste ou Zurich, le grand James Joyce écrit bref, et élégiaque. Dieu est là, peut-être, dans le simple, parmi les bêtes, plus chaudes qu’âme d’homme irrémédiablement blessé, séparé. Il y a les élans d’amour, et la puissance du vent, « Ô mon enfant de bleu veinée ». « Sous les orties…

Dieu est mort, ses créatures grimacent, par Eva Aeppli, plasticienne

On ne les cherche pas, mais ils arrivent, les petits êtres, les drôles de visages, les grimaces. Ils naissent spontanément du pli d’une feuille tombée sur le chemin, du nœud d’un arbre, d’un nuage aperçu soudain sous un certain angle. Voici des formes nécessitant d’être tracées, inventées, découvertes, dans le miroir de la salle de…

Paris bonjour au revoir, livre oulipien, par Benoît Grimalt, photographe

Paris bonjour au revoir, de Benoît Grimalt est un livre simple – pourquoi pas ? – paru chez les très inventives éditions Paris-Brest, sises à Nantes. Son principe en est perecquien : traverser Paris du Nord au Sud en n’empruntant que des rues, avenues, places, boulevards, commençant par la lettre C – mais aussi la…

Dessiner le silence, apprivoiser le noir, par Anne Gorouben, artiste

J’ai découvert le travail graphique d’Anne Gorouben grâce à Léa Veinstein, ayant choisi pour l’illustration de couverture de l’édition de sa thèse, Les philosophes lisent Kafka, Benjamin, Arendt, Anders, Adorno (Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2019), un pastel sec sur carton intitulé Berlin W. Emu par la profondeur de silence et de…

Guillevic avant Guillevic

« Je crois que si quelqu’un lisait ce carnet il n’y verrait pas mes inquiétudes, mes tourments. J’ai l’air si sûr de moi, si tranquille. Mais tout l’intérêt du Carnet est justement là – meilleure arme contre la folie toujours menaçante. » C’est par la publication de Terraqué, en 1942, que Guillevic, alors Résistant et…