Grace, liane du bois de Vincennes, par Karine Miermont, écrivain

Grace l’Intrépide est le portrait d’une prostituée nigériane travaillant dans le bois de Vincennes. Quatre ans après L’année du chat, la romancière s’attache une nouvelle fois à raconter une histoire vraie, ou presque, créant par la fiction une force de vérité. Livre très informé sur les conditions de l’esclavage sexuel moderne, Grace l’Intrépide touche d’autant…

La pensée du mythe, contre la castration de l’intellect, par Walter Friedrich Otto, et Pascal David

C’est à l’initiative de Pascal David, philosophe et traducteur, qu’ont été rassemblés sous le titre générique d’Essais sur le mythe quatre textes courts consacrés par le philologue allemand Walter Friedrich Otto à la pensée mythique. La nouvelle publication aux éditions Allia de cet ouvrage, dans une traduction remaniée, est un événement, tant nous peinons parfois…

Je suis le roi du bois, le Zeus, le criminel, par la photographe Anne-Lise Broyer

Anne-Lise Broyer pratique l’acte photographique comme un dessaisissement, une tentative d’éblouissement et de perte. La dramatisation des instants participe chez elle d’une poétique de la voyance, d’une volonté d’opérer une sorte d’archéologie du présent permettant de relier espaces et temps dissemblables, pourtant profondément unis. Passant par la littérature et l’érudition pour interroger notre façon d’être…

L’heure du loup, par la photographe Aurélia Frey (1)

Il y a dans la poétique photographique d’Aurélia Frey une recherche d’atemporalité et de solitude très précieuses en notre époque de bavardage continuel et de lumières aveuglantes. Apprendre à voir dans le noir, ne pas craindre de se perdre, accueillir la présence de ce qui approche, sont des attitudes physiques, mais avant tout morales. Aurélia…

Une parole qui agit, portrait de Claude Régy en vautour accompli

Pour comprendre le titre du dernier ouvrage du metteur en scène (et ombres) Claude Régy, Du régal pour les vautours (festin pour tout esprit sensible), il convient d’aller directement à la page 71. L’auteur d’Espaces perdus (1998), 93 ans et une énergie décuplée, y fantasme avec une grande élégance sa propre disparition : « Ce qui est…