L’Espagne, l’été, l’oubli, par Gerry Johansson, photographe

©Gerry Johansson Après le remarquable American Winter (2018), les éditions londoniennes MACK publient du photographe né en 1945 Gerry Johansson Spanish Summer. Rien de touristique ici, mais, en nuances de gris et format carré, la découverte d’un paysage éblouissant de vide et de signes religieux, de bâtiments pauvres et d’arbres isolés, de marqueurs de la…

Des crimes napoléoniens au Portugal, par Valter Vinagre, photographe

Se souvient-on en France que Napoléon, devenu empereur en 1804, fit la guerre au Portugal en 1807-1808, en 1809 et en 1810-1811, parce que le pays lusophone refusait de participer avec lui au blocus de la Grande-Bretagne, accueillant dans ses ports les navires de la couronne britannique ? « Plus que de grandes batailles de camp…

Peindre la vie coite, Giorgio Morandi, par Bruno Smolarz, écrivain

« Il y a dans le paysage morandien l’application et la passion de la de la matière brute que l’on trouverait dans la représentation d’un nu, sans l’engagement de l’émotion immédiate. » Dans le vacarme et l’idiotie des punchlines de l’entre-deux tours des élections présidentielles, dans le désir de mort revenu en Europe, dans la novlangue sanitaire…

L’âme et la matière, par Eugène Leroy, peintre

« Je suis né en 1910 à Tourcoing ; orphelin de père l’année suivante. Toute ma jeunesse s’est passée près des bords de l’Escaut : collège à Roubaix. Mais vacances en partie à Roulers et Ghistel, et dès que vers quinze ans j’ai connu l’ami Paul, ce fut tous les chemins de pierres bleues d’Evregnies à Esquelmes, de…

Le portrait comme introspection, par Judith Roy Ross, photographe

Sans titre, Easton, Pennsylvanie, 1988. Tirage sur papier à noircissement direct au gélatino-bromure d’argent viré à l’or, 19,37 × 24,45 cm © Judith Joy Ross, courtesy Galerie Thomas Zander, Cologne « En tant qu’artiste, écrit Robert Adams en 1994, Judith Joy Ross n’a pas de recette. Elle recommence à zéro à chaque fois – la façon…

Visages du sublime et de la solitude, par Todd Hido, photographie

« Je photographie comme un documentariste, mais je fais mes tirages comme un peintre. » (Todd Hido) Il fait gris, froid, pluvieux, un temps à se pendre, et le discours ambiant est nauséabond, mais, heureusement, Todd Hido est là, ou du moins ses livres, ou alors Intimate Distance, toujours disponible chez Textuel, ouvrage publié en 2016, première…

Seabound, une introspection à travers l’histoire de l’art, par Elina Brotherus, photographe

©Elina Brotherus Après Carpe Fucking Diem, paru en 2017, les éditions Kehrer Verlag publient Seabound, nouveau volume des aventures autobiographiques décalées de la photographe Elina Brotherus. Les amateurs de l’artiste finlandaise retrouveront ici sa silhouette keatonienne placée à la pointe la plus méridionale de la Norvège, dans le Southland, territoire composé de montagnes granitiques, de…

Poétique des itinéraires de détourisme, par Thierry Girard, photographe

©Thierry Girard A l’occasion de deux expositions importantes de Thierry Girard, au Musée de Belfort, et à la fondation Fernet-Branca, les éditions Loco publient un livre dont le titre fait songer à du Peter Handke, Par les forêts, les villes et les villages, le long des voies et des chemins… Réunissant plusieurs séries couvrant un…

Ardèche, la concorde, par Yamamoto Masao, photographe

Je n’arrive plus à écrire, ou très peu, ou mal. La situation générale désole mon écriture, les maléfices sont partout. Mais c’est aussi très certainement une chance de radicalisation, une exhortation à la défense absolue des gestes libres, de la beauté, loin de toute moraline. Je n’écris pas, mais il y a Yamamoto Masao, et…

L’arche du paysage, par Jean-Baptiste Camille Corot, peintre

Souvenir de la Bresle à Incheville, Jean-Baptiste Camille Corot « Les paysages de M. Corot, écrit en 1855 Maxime Du Camp, ne sont peut-être pas ceux que l’on voit, mais ils sont certainement ceux que l’on rêve. » Ah Corot (1796-1875), l’admirable paysagiste, l’obstination à peindre en plein air, puis dans l’atelier, alors que l’âge le contraint….

Prendre l’air, la peinture de Corot à Monet, par Marina Ferretti Bocquillon, historienne de l’art

Thomas Jones (1742-1803) « L’histoire du premier commencement est pour nous en retrait parce que la force d’éclairement de la méditation ne peut être à la hauteur des relations simples de la tonalité fondamentale du questionnement, l’étonnement, et n’est pas non plus capable d’endurer cette tonalité. » (Méditation, Martin Heidegger, traduit par Alain Boutot, Gallimard, 2019) Plein…