La photographie comme zone franche, par Maxime Muller

©Maxime Muller Doté d’une énergie considérable, le jeune photographe Maxime Muller multiplie les projets et les autoéditions rendant compte de sa vie intime et d’une fascination pour le sexe tel qu’il s’exprime dans les diverses communautés LGBTQIA+. Publié par Les Editions Rien ne va plus (Oscar Ginter & Stéphane Gallois), son dernier opus intitulé Safe…

Voyant, voyeur, voyou, par Cloro, photographe

©Cloro Limité à deux cents exemplaires, le dixième volume de la collection « L’Atelier risographique » pensée par les Editions Bessard est un essai scratché du photographe, illustrateur et directeur artistique italien, né à Rome en 1973, Cloro, par ailleurs fondateur de la maison d’édition indépendante Lato Paper. Composé comme un diary sauvage, Stuck déroute, étonne, excite….

La photographie et la peste, par Brian Sergio, artiste philippin

©Brian Sergio On le sait depuis Pak ! (Dienacht Publishing, 2017), l’artiste philippin Brian Sergio n’est pas un tiède. Son dernier essai publié chez le fameux éditeur de Leipzig, Dios Mio !, au titre toujours interjectif, est un livre inconvenant, inconfortable, plein de sexe brut, de pulsions inavouables, de cruautés vicieuses. On peut avoir une lecture morale…

Une peinture sans culotte, par Jacques Cauda, portraitiste critique

Veronica Franco, Le Tintoret « Je parle à la vulve que j’ai esquissée, je lui dis la formule magique qui enchantait les Egyptiens : Descends, placenta, descends, placenta, descends ! Je suis Horus qui fait de la magie pour que celle qui donne la vie se sente mieux… » Je ne comprends pas toujours Jacques Cauda, peintre dont les…

Michel Simon, acteur, clochard étoile, et pornographe

© collection particulière « J’ai été élevé par un Saint-Bernard et un rossignol. » (Michel Simon) La passion pour la pornographie de Michel Simon est désormais bien connue. A sa mort, ses héritiers ont dispersé l’une des trois premières collections au monde en la matière : treize mille pièces comprenant des photographies, des cartes postales, des vues stéréoscopiques,…

L’amant arabe, par Patrick Autréaux, écrivain

La femme à barbe, 1631, José de Ribera « Parce qu’il m’apportait quelque chose d’unique, qui ne fut pas l’amour et n’aura pas été seulement le sexe mais une avancée presque chaque fois renouvelée vers une limite imprévue, l’impatience de sa venue, surtout quand il ne venait pas, si elle passait forcément par les étapes…

Merde aux bourgeois, par Kjell-Åke Jansson, photographe

© Kjell-Åke Jansson Je ne sais pas qui sont ces gens, hommes et femmes, rassemblés en Suède, pour un festival de la déglingue, mais les personnages peuplant Burnout, premier livre de Kjell-Åke Jansson, sont sacrément fous, vulgaires, cramés, ce qui me le rend plutôt sympathiques. C’est le carnaval, c’est l’orgie, c’est la bière et le…

Je jure de m’éblouir, par René Depestre, écrivain

« Tenir un journal ? Pourquoi ? Pour rester attentif. A quoi ? Au monde, à soi, à la vie qui suit son cours. Ce cahier de bord, j’aurais dû le commencer il y a une quinzaine d’années. J’aurais couvert ainsi des centaines de pages sur la vie dans plusieurs pays, ayant vécu en France, en Tchécoslovaquie, en Italie,…

1937, une année particulière, par Paul Léautaud, écrivain

Je ne sais pas vraiment pourquoi je continue à lire Paul Léautaud. Pour le monument qu’est son journal littéraire (18 tomes, sans compter les contre-allées) ? Pour sa défense inconditionnelle des bêtes, qu’il recueillait volontiers dans son pavillon de Fontenay-aux-roses ? Pour ce qu’il révèle d’un certain esprit français, entre pointes brillantes et bassesses (antisémitisme, attitude pro-allemande…

Des lieux de débauche comme on les aime, par Yan Morvan, photographe

© Yan Morvan Avec le livre choc Pigalle (La Manufacture de livres, 2020), Yan Morvan ne baisse pas la garde, bien au contraire. On l’attaque, il surenchérit ; on le flatte, il sourit, et se détourne, pensant déjà à ses trois prochains livres et aux trésors enfouis dans ses archives. L’époque est à la moraline, la…