Photographier Belleville, un chemin de crête, par Thomas Boivin

Programmé en novembre 2015 au Palais de Tokyo aux côtés de neuf autres photographes (Laurent Chardon, Thibault Cuisset, JH Engström, Guillaume Belvèze, Johan van der Keuken, Hugo Aymar, Véronique Besnard, Yusuf Sevlinci, Takeshiko Nakafuji) dans une exposition intitulée 10 Visions of Paris, Thomas Boivin, auteur d’un beau livre vite épuisé, A Short Story, est un…

Il n’y a pas de terre promise, par Paol Keineg

Nombreux sont les amis du poète et traducteur Paol Keineg à se demander quel peut bien encore être le lien à la Bretagne d’un homme qui écrivit dès son entrée en littérature deux livres majeurs, Le poème du pays qui a faim (Traces, 1967) et Hommes liges des talus en transe (P. J. Oswald, 1969)….

Les Hauts-Fonds, portrait d’une maison d’édition

La récente publication du recueil anthologique Un enterrement dans l’île, du poète écossais Hugh MacDiarmid (traduction Paol Keineg), offre l’occasion de mieux découvrir la maison d’édition finistérienne Les Hauts-Fonds. Aussi discret que terriblement nécessaire dans la transmission de paroles et oeuvres qui comptent, quand le Calcul dévore toute possibilité de beauté et d’expérience de langue…

Le solo de cornet des îles gaéliques, Hugh MacDiarmid poète écossais, ou la grande amitié des choses créées

La publication du premier recueil anthologique du poète écossais Hugh MacDiarmid, Un enterrement dans l’île, par les éditions Les Hauts-Fonds est un événement. Considéré en Ecosse comme un poète majeur, très peu nombreux sont les lecteurs de la sphère francophone à le connaître. La superbe traduction du poète Paol Keineg permet aujourd’hui de réparer une…

Les séminaristes sauvages, ou Noël Herpe en habit de carnaval

Certains êtres, c’est une leçon proustienne tirée de Sodome et Gomorrhe, ne vivent que pour leurs fantasmes. Ils ne se moquent pas de nos éventuelles assurances, ni de notre stabilité. Simplement, vivre sans claudiquer ne les intéresse pas : ils ont besoin de rêves, et ne se soutiennent que de la force motrice des illusions, dans…

Il voyait des Régentes partout, François Dilasser en son grand oeuvre dessiné

L’œuvre purement graphique du peintre breton François Dilasser (Lesneven – 1926/2012) est peut-être la part la plus méconnue de son travail. Considéré dans son autonomie de formes et de construction, le dessin apparaît pour Dilasser comme un monde en soi, porteur d’une étrangeté fascinante. La main, souveraine, trace ce que l’œil découvre ensuite avec stupeur…

A la recherche du texte insoluble – Parages, naissance d’une revue théâtrale

Sur le front assez déserté de la critique théâtrale de qualité, la parution du premier numéro de Parages, revue concoctée par le Théâtre National de Strasbourg (TNS – direction Stanislas Nordey) est une excellente nouvelle. Le théâtre est cet espace propice à l’accueil des fantômes, verbe vibrant fait chair flottante incarnée, ayant besoin, pour s’épanouir,…

Gilles Mora, passeur de photographies

Photographe, commissaire d’expositions, historien de l’art, directeur artistique du Pavillon Populaire de Montpellier, Gilles Mora est un grand passeur de photographies. Fondateur en 1981 avec quelques amis remarquables (Denis Roche, Bernard Plossu, Claude Nori) de la revue Les Cahiers de la photographie, Gilles Mora ne se laisse pas guider ses émotions esthétiques par la mode…

(Ré)Ouvrir l’imaginaire, par le photographe Charles Fréger

Il y a en Charles Fréger, photographe patenté, quelque chose d’un croisement entre l’ethnologue fantasque et l’humoriste scientifique. Adepte du gai savoir nietzschéen, l’auteur de Bretonnes (Actes Sud, 2015) et Yokainoshima (Actes Sud, 2016) se plaît à mettre en scène les cultes, rites et cultures vernaculaires dans des spectacles saisissants proches de la performance plasticienne…

L’ombre portée de la catastrophe, par If, revue marseillaise indisciplinaire

La Esclava © Thibault Grégoire Le quarante-quatrième numéro de la revue If, consacrée aux écritures contemporaines, est construit autour de l’œuvre du plasticien Théo Mercier, dont l’exposition The thrill is gone, présentée actuellement au Musée d’Art Contemporain (MAC) de Marseille, propose, par sa nature hybride (sculptures, installations, objets empruntés, photographies), un formidable point d’appui réflexif….