Fast and Furious, Mots Slow, une revue annuelle

le

1 - Usb

« Les Romains n’avaient pas attaqué la ville parce qu’ils détestaient les Syracusains mais parce qu’ils les aimaient » (Tite-Live, Histoire romaine)

C’est une comète étrange, un poster dépliable, un objet sophistiqué, une facétie sérieuse, une invention formelle, un trip d’écritures en tous sens.

Vous l’avez peut-être reconnu, c’est le dernier numéro de Mots Slow, publication annuelle manigancée par Jérôme Karsenti, fondateur des éditions Hand Art Publisher, par ailleurs écrivain, plasticien et performeur.

MOTS SLOW#5 FAST(E)

Intitulé FAST(e), cette cinquième livraison est une fête, une dépense, une débauche, une constellation de réflexions lumineuses ou lointaines.

Sont invités à y déployer leurs talents, dans des textes en anglais ou français, de drôles de djinns (liste ci-dessous).

Il y a des dates, des chiffres, des sortes de graphiques, des lettres fantômes, des réflexions sur le Brexit (ou Breaksit, se demandent Marian Hobson et Anders Modig).

Apparaît soudain cette phrase : « La distance est une durée incompressible »

MOTS SLOW#5 FAST(E)

Qui est barbare ? qui est civilisé ? Dans un texte liminaire, le critique d’art et commissaire d’exposition Jean-Yves Jouannais revient sur la supposée chute de l’Empire romain accélérée par Alaric 1er, roi des wisigoth, peut-être moins saccageur qu’adorateur d’un monde auquel il souhaitait s’incorporer.

Venu de Bâle (Suisse), imprimé à Berlin, parlant plusieurs langues, Mots Slow est une Babel désirable, un labyrinthe conduisant à une ziggourat.

L’impression générale est musicale, expérimentale, très libre.

MOTS SLOW#5 FAST(E)

Il faut y chercher son chemin, ne pas craindre de se perdre ou de ne pas comprendre immédiatement, et s’arrêter longuement quand surgissent des astres neufs.

Ainsi cette réflexion de Frantz Fanon, très deleuzienne (in Ecrits sur l’aliénation et la liberté, textes réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa et Robert Young, La Découverte, 2015) : «  De l’autre côté du Verbe émancié, / S’érige l’Acte initial. / La pensée humaine parvenue aux limites maximales ne peut / qu’elle ne se transmue. »

Ou celle-ci, dans le même article (Y a-t-il une vitesse propre à la pensée ?), du barbare en Asie Henri Michaux : « Tranquillement les phrases vont par-dessus des abîmes de vitesse. Ne pas en être dupe. L’homme est un être lent, qui n’est possible que grâce à des vitesses fantastiques. Son intelligence l’aurait depuis longtemps deviné, si précisément ce n’était elle-même. »

MOTS SLOW#5 FAST(E)

Mots Slow tente une revivification  de l’imaginaire, partant en Iran pour le Nouvel An (la fête sacrée de Nowrouz), en région de haute Montaigne avec quelques grues jouisseuses, en poésie « To a Lover ».

Imprimé avec art, cette publication pour happy few (360 exemplaires) ne demande à personne (aucune aide institutionnelle ou prébendes quelconques) le luxe d’exister.

Voilà le vrai chemin, my friend.

1 - Usb

Mots Slow, FAST(e), numéro 5, Hand Art Publisher, 2018 – avec la participation (textes, photographies, dessins, œuvres graphiques diverses) de Jérôme Karsenti, Guillaume Delleuse, Zabo Chabiland, Abdelkader Benchamma, Lorenza Mondada, Leïla Anvar, Anne-Sophie Tristchler, Marian Hobson, Anders Modig, Jean-Yves Jouannais, Mu Pan, Dominique Brancher, Antoine d’Agata, Esther Ferrer, Saskia Edens, Emmanuel Fort, Morena Fortino, Jean Khalfa, Levan Manjavidze, Antoine Schmitt – design graphique Anne-Sophie Tristchler, traductions Wendy Giardina

Mots Slow

MOTS SLOW#5 FAST(E)

35082740_10214258006143147_4754224601318293504_n

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s