De la géopoétique en temps de pandémie, par Kenneth White, essayiste, poète

Chu_Ta_003

« Mais puisque je ne travaille pas dans ‘l’espoir’, je ne peux jamais être désespéré. » (Kenneth White)

Nous vivons de façon réduite, atomisés, misérablement numérisés.

Oui, mais nous pouvons ouvrir de vastes champs d’énergie, nous mettre au travail avec ampleur, entrer dans la cosmopoésie.

Kenneth White appelle ce mouvement la géopétique, soit la façon de concevoir notre façon d’habiter la Terre en prenant en compte non seulement les trois écologies décrites par Félix Guattari (environnementale, sociale, mentale), mais la langue, les roches, les ciels, les oiseaux, les autres, indigènes ou non.

Paraît aujourd’hui aux éditions basques Zortziko (Anglet), dans une nouvelle collection – dirigée par J.R. Geyer – intitulée Faire Face (on peut penser à la série Tracts chez Gallimard), une lettre ouverte du philosophe, poète et anarcho-géographe (dans la tradition du communard Elisée Reclus) concernant les tremblements de sens causés par la situation pandémique.

Ayant fourbi sa pensée sur les bancs de l’université de Glasgow, les promenades dans les collines attenantes et les déambulations dans les labyrinthes de l’esprit, Kenneth White a développé une œuvre de gai savoir parmi les plus enthousiasmantes de notre temps décomposé.

Dans le contexte psycho-socio-politique du moment, comment penser l’idée européenne ? Sûrement pas à la façon du think thank Da Empoli, dont l’auteur du Plateau de l’Albatros, introduction à la géopoétique (Grasset, 1994) montre point par point la pauvreté des propositions, mais bien plutôt à la façon de l’essai de résistance culturelle, Une Stratégie paradoxale (Presses Universitaires de Bordeaux, 1998) et du narratif La carte de Guido (Albin Michel, 2011) relatant les étapes d’un pèlerinage européen.

Il faut faire l’expérience du paysage, penser avec tous les temps, tous les lieux, naviguer sans cesse, « ouvrir un autre espace existentiel, intellectuel, social » que ce qu’impose le pouvoir politico-médiatique actuel.

Où sont aujourd’hui les lieux de l’esprit ?

Il convient de quitter les subjectivités étroites pour ce qui nous lie profondément, et d’aller vers un élargissement considérable, une transformation radicale.

« Notre monde actuel, affirme White, est d’une indigence flagrante. Il ne s’agit pas là, dans mon esprit, du genre d’apocalypse qui saisit de temps en temps l’humanité (voir mon livre Une Apocalypse tranquille), encore moins de ce conceptuel déclinisme, dont se délectent et gargarisent les journalistes chroniqueurs de tout poil, il s’agit d’une lucidité froide doublée d’une perception aiguë. »  

Il ne s’agit plus d’accompagner le monde dans son ennui meurtrier, mais de le refonder en intelligence poétique, de nous déconditionner, de déployer un autre langage.

« Les problèmes surgissent toujours, poursuit l’ami des goélands, dans un espace étriqué, et disparaissent dans un espace plus large. Ce que je dis, ici, rapidement, ailleurs avec de multiples développements, c’est que, si jamais un renouvellement profond, physique et mental, de l’habitation humaine de la Terre se forme, la géopoétique sera à la fois son horizon et son ton de base. En attendant, elle est là, comme un grand mouvement marin, sous-marin, et déjà active ici et là sur les continents. »

Maintenant, au travail ! les œuvres sont là (White, Bouvier, Emerson, Thoreau, Montaigne…), l’espace est là, nous avons à notre disposition tous les temps des instants.

Une ou deux paires de chaussures de marche, d’excellents livres, le cœur ouvert, c’est parti.

Lettre-ouverte-du-golfe-de-gascogne

Kenneth White, Lettre ouverte du Golfe de Gascogne, Quelques propos insolites sur la société, la culture et la vie de l’esprit, Editions Zortziko (Anglet), collection Faire Face, n°1, 2021, 54 pages

Editions Zortziko

logo_light_with_bg

Se procurer Lettre ouverte du Golfe de Gasgogne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s