A l’épreuve de l’île de Pâques, par François Sagnes, photographe

©François Sagnes Je dois, au hasard de la trouvaille très improbable par son éditeur de quelques cartons oubliés au fond d’un grenier, la découverte du livre Île de Pâques (1988) de François Sagnes. Cet ouvrage que l’on pensait épuisé, particulièrement bien imprimé, habité par la puissance d’un silence intérieur éloquent, est le premier titre des…

Fils de prolétaire, par Philippe Herbet, photographe et écrivain

©Philippe Herbet « Nous passons une grande partie de notre existence à nous différencier, à nous écarter de l’orbite familiale. Une longue ellipse se trace avant que nous revenions au point de départ. Point où il nous est donné de les rencontrer enfin, nos parents. » J’ai régulièrement présenté l’œuvre photographique de Philippe Herbet, notamment les volumes…

Un nuage de brume sur le fleuve, par Michelangelo Antonioni, cinéaste

« Depuis quelque temps je m’observe. Je regarde les choses qui m’appartiennent, parmi lesquelles je vis. Mes vêtements, une table, des chaussures. Comme si j’étais déjà mort. Je me souviens. » Publié une première fois en Italie en 1999, Comincio a capire, du réalisateur ferrarais Michelangelo Antonioni est aujourd’hui repris chez Arléa sous le titre – traduction…

Peindre la vie coite, Giorgio Morandi, par Bruno Smolarz, écrivain

« Il y a dans le paysage morandien l’application et la passion de la de la matière brute que l’on trouverait dans la représentation d’un nu, sans l’engagement de l’émotion immédiate. » Dans le vacarme et l’idiotie des punchlines de l’entre-deux tours des élections présidentielles, dans le désir de mort revenu en Europe, dans la novlangue sanitaire…

Pier Paolo Pasolini, une destinerrance, par Chantal Vey, photographe

 ©Chantal Vey  « Il est 14 heures, le restaurant est plein, je sens tous les regards occupés par mes déambulations autour de ce bâtiment insolite ! » (Chantal Vey, à Rimini, non loin du port) J’ai toujours en tête les images en noir et blanc superbe du livre de Philippe Séclier publié en 2014 aux Editions Xavier Barral,…

Une échographie de silences, par Stéphane Lambert, écrivain

Amorgos ©Anne Bourguignon « Le plus simple serait que je ne reste pas là, enfermé dans ma chambre, à m’obstiner devant mon ordinateur, à vouloir écrire ce qui m’a amené à ne pouvoir faire autre chose que ça, écrire. » Les amoureux de littérature, les maniaques de lexicographie, et les savants austères, connaissent le sens du terme…

Lydia Mizinova et Anton Tchekhov, l’aventure d’une correspondance

« Comme je voudrais (si je pouvais) serrer le lasso plus étroitement ! Ce n’est sans doute pas à ma portée ! Pas de chance, c’est la première fois dans ma vie. » (Lydia Mizinova à Anton Tchekhov, juillet 1892) La très belle Lydia Mizinova fut probablement l’inspiratrice principales du personnage de Nina dans La Mouette, d’Anton Tchekhov, pièce…

Une logique au chaos, Paul Klee, par Stéphane Lambert, écrivain

« Paul Klee écrivait de la main droite et peignait de la main gauche. Une légère distorsion fait trembler la ligne d’horizon sur laquelle nous marchons. Le trait ouvre une porte dans la couleur. Qui allume une énigme dans la raison. En chaque témoin, il y a un devin qui dort. L’œuvre, elle, demeure un chemin…

Le tigre est mort ce soir, par Yannick Le Marec, écrivain

La Chasse au tigre, 1615-1617, Pierre Paul Rubens Je ne connais pas toute l’œuvre du Nantais Yannick Le Marec, auteur en 2017 d’un très beau dialogue avec le photographe Thierry Girard intitulé Dans l’épaisseur du paysage (Editions Loco), mais Constellation du tigre, que publie Anne Bourguignon dans la collection « La Rencontre » chez Arléa, m’apparaît comme…

Bartlebying, par Serge Airoldi, écrivain

©Serge Airoldi « Fuir, mais en fuyant, chercher une arme. » (Gilles Deleuze, Dialogues) Insula Bartleby, de Serge Airoldi, est une lecture savoureuse, magnifiquement informée, du texte de Melville publié une première fois en 1853, et de ses exégèses.  C’est une œuvre très libre, interrogative, suspensive, déclarative, guidée quelquefois par la logique des paronomases à la façon…

Nicolas de Staël, le feu, l’offrande, l’épuisement, par Stéphane Lambert, écrivain

Paysage de Vaucluse, 1953, Nicolas de Staël « Il s’était dit lui aussi qu’il n’avait fait que cela dans sa vie, peindre des temples, concevoir des offrandes aux dieux (à l’amour), des zones de recueillement entre l’ici et l’ailleurs » Stephane Lambert s’intéresse aux artistes porteurs d’un feu intérieur, aux regards incandescents, aux existences brûlées. En écrivant…