Jeter des pierres au vent, par Federico Garcia Lorca, proses inédites

« Rien de plus antipoétique que le lien logique entre deux objets de quelque espèce qu’ils soient. Il faut briser les amarres des liens visibles et invisibles. Il faut laisser les objets et les concepts aller librement où ils veulent, qu’ils luttent, qu’ils volent pour que le monde soit plus amusant et que puisse exister la…

Il fait un temps d’Yvon Le Men

Diastole, systole, diastole. Dehors, dedans, dehors. Se souvenant aussi bien de Georges Perros (Poèmes bleus), de Nicolas Bouvier (Le dedans et le dehors), que du maître Louis Guilloux, Yvon Le Men construit ainsi, dans le battement du cœur et des pas dans les labours, Le poids d’un nuage, le deuxième tome de son autobiographique poétique,…

Le parfum d’aneth d’Israël, par Carole Zalberg et Emmanuel Ruben

Pour les juifs orthodoxes, ou simplement prudents, l’alya, soit l’immigration en Israël, est une évidence, lorsque l’on vit en pays menacé – la France ? En 2014 et 2015, plus de quinze mille juifs français ont officiellement déménagé au pays de Canaan, le nombre de départs semblant actuellement refluer. Il n’est en effet pas si facile,…

La beauté syrienne, entretien avec la poétesse Maram al-Masri

La poétesse Maram al-Masri, célébrée un peu partout sur la planète, est une femme très émouvante, dont les mots, simples, francs, douloureux et audacieux, touchent juste. Rencontre à l’occasion d’une lecture publique dans un quartier populaire de Brest. Depuis quand vivez-vous en France ? Quel a été le motif de votre émigration ? Je suis arrivée en…

Sarajevo, un poème d’Yvon Le Men

Yvon Le Men est un poète dont la sincérité touche au vif, et dont les mots paraissent aujourd’hui d’autant plus précieux que l’époque est folle. Son art, qui paraît aussi simple qu’il est maîtrisé, relève d’une grande culture. Faisant son métier d’homme comme il construit son oeuvre, avec humilité et conviction, il a bien voulu…

Le plus grand poète du siècle

Voici un livre très agréable à lire, intelligemment composé, joliment édité, retraçant les vingt-quatre heures ayant précédé la blessure par éclat d’obus de Gui de Krostrowitzky, dit Apollinaire, dit Kostro pour ses hommes, le 17 mars 1916, vers seize heures, dans une tranchée de première ligne, au lieu-dit le Bois des Buttes. L’auteur de Calligrammes…