De l’image comme anesthésie et puissance de réveil, par Luigi Ghirri, photographe

le
LuigiGhirri_coMACK9_preview
‘Rimini’, 1977 (In Scala, 1977-1978). [p.310]
C-Print, 23.8 x 16.3 cm.
Eredi di Luigi Ghirri. Courtesy of MACK.

« Je n’ai pas cherché à faire des PHOTOGRAPHIES, mais des CARTES, des MAPPEMONDES qui soient aussi des photographies. »

Enfin une grande exposition Luigi Ghirri (1943-1992) en France, et même hors de l’Italie.

Elle aura lieu début 2019 au Jeu de Paume (Paris), après avoir été présentée à Essen et Madrid, mais il n’est pas interdit de prendre un acompte sur le plaisir de la voir en se plongeant dans le catalogue que les éditions MACK publient, d’ores et déjà disponible en français.

Consacrée aux photographies des années 1970 du maître italien, soit à l’époque d’avancées esthétiques majeures, cette exposition révèle l’art de la composition d’un photographe travaillant à la limite de la banalité. Bernard Plossu, qui partage avec lui la passion de la peinture de Giorgio Morandi, a pu appeler cela « surbanalisme ».

LuigiGhirri_coMACK7_preview
‘Breast’, 1972 (Diaframma 11, 1/125, luce naturale, 1970-1979). [p. 183]
C-Print, printed 1979, 24.5 x 16.8 cm.
CSAC, Università di Parma. Courtesy of MACK.

Ayant appris de l’art conceptuel la force de la simplicité, Luigi Ghirri s’intéresse moins au plein qu’au vide, portant l’interrogation sur ce qui autorise le surgissement de toute présence.

Ses photographies fascinent parce que leur ordre d’apparence porte un mystère profond.

Géomètre, Luigi Ghirri connaît le sens des proportions, des échelles, donnant souvent l’impression que ce qu’il photographie est inscrit dans le visible de toute éternité, comme si chaque chose était à sa place et que le temps n’était que dimension trompeuse.

Il y a chez lui une Weltanschauung qui est d’essence néoplatonicienne, puisqu’importe davantage l’immuable d’une forme que ce qui se meut arbitrairement devant nous.

LuigiGhirri_coMACK6_preview (1)
Modena’, 1970 (Kodachrome, 1970-1978). [p.87]
C-Print 37.4 x 27.8 cm.
Eredi di Luigi Ghirri. Courtesy of MACK.

Depuis que le monde est devenu une image géante, les photographes, s’ils ne veulent pas participer uniquement au renforcement du système de représentation médiatico-publicitaire, se doivent d’introduire des décalages, un doute quant à ce qui sature notre regard, partant notre psyché.

Il faut donc parier sur le trou, la petite fissure dans le mur, le sentiment de catastrophe, qui réveille – structure ontologique de l’angoisse.

Voyageant un peu partout, et dans les trois kilomètres qui entourent la ville de Modène, en Emilie-Romagne, Luigi Ghirri cherche moins à cartographier un territoire à partir des symboles qui le marquent (affiches, signes multiples, décors kitsch) qu’à introduire un doute à partir de l’expérience directe de la réification de nos existences : sommes-nous vraiment en vie ?

LuigiGhirri_coMACK5_preview
‘Paris’, 1972 [p.70-71]
C-Print 12.6 x 17.5 cm.
Eredi di Luigi Ghirri. Courtesy of MACK.

La multiplication des images nous donne en effet moins le monde qu’elles ne nous le retirent, l’atlas s’agrandissant des images qui le réduisent comme peau de chagrin.

Les banlieues gagnent sur les villes, la périphérie devient l’espèce d’espace où nous habitons, et à partir duquel nous rêvons.

La référence à Pérec n’est ici pas fortuite, qui ne cessa d’interroger ce qui manque à tout organisme formellement structuré, quelque chose de l’ordre de l’anéantissement du nom.

Luigi Ghirri propose de penser les images quand ce sont elles qui nous pensent, nous digèrent, et nous expulsent.

LuigiGhirri_coMACK10_preview
‘Rimini’, 1977 (In Scala, 1977-1978). [p.303]
C-Print, 23.4 x 16.6 cm.
Eredi di Luigi Ghirri. Courtesy of MACK

Le photographe travaille volontairement à l’unisson de tous, avec un petit boîtier Canon chargé d’une pellicule Kodachrome, qu’un laboratoire de photographie grand public développera comme on donne en pâture à la petite bourgeoisie mondiale des images de pauvre qualité. Démocratie de la malbouffe et anesthésie du regard.

Mais la merveille est possible, dans le minimalisme des couleurs, le retrait du monde dans son spectacle fade le préservant paradoxalement de toute corruption.

Amateur du sémiologue Umberto Eco, Luigi Ghirri, qui s’est consacré entièrement à la photographie à partir de 1973, construit une œuvre ouverte, abolissant la distinction factice entre art savant et art populaire, réconciliant Walker Evans el l’album de famille, l’anonymat des objets de la société de consommation et la cimaise des musées.

LuigiGhirri_coMACK4_preview
‘Luzern’, 1970-72 [p.63]
C-Print 12.5 x 17.5 cm.
Eredi di Luigi Ghirri. Courtesy of MACK.

Il y a en lui, qui aimait photographier sa bibliothèque comme on cherche dans le texte des allumettes pour l’esprit, un doux humour proche d’une folie retournée en jubilation discrète.

Le monde est, n’est plus. Nous ne savons pas ce que nous voyons, nous le savons trop.

L’art est ce qui fonde, et nous permet d’entrer en présence quand tout fuit, disparaît, se rit de nous.

005517725

Luigi Ghirri, Cartes et territoires, textes de Luighi Ghirri, Jacopo Benci, James Lingwood et Maria Antonella, traduction de l’italien Anne Guglielmetti pour Luighi Ghirri et Christian Martin-Diebold & Philippe Mothe pour les textes en anglais, MACK (London), 2018, 364 pages

Mack Books

LuigiGhirri_coMACK3_preview
Bastìa’, 1976 (Kodachrome, 1970-1978) [p. 92]
C-Print, printed 1979, 13.8 x 27.2 cm.
CSAC, Università di Parma. Courtesy of MACK.

Exposition Luigi Ghirri, Cartes et territoires, commissariat James Lingwood :

  • Au Museum Folkwang (Essen), du 4 mai au 22 juillet 2018
  • Au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (Madrid), du 25 septembre 2018 au 7 janvier 2019
  • Au Jeu de Paume (Paris), du 12 février au 2 juin 2019

Museum Folkwang

Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia

Jeu de Paume (Paris)

LuigiGhirri_coMACK2_preview
‘Engelberg’, 1972 (Kodachrome, 1970-1978) [p. 97]
C-Print, printed 1979. 24.7 x 16.5 cm.
CSAC, Università di Parma. Courtesy of MACK.
main

Se procurer Luigi Ghirri, Cartes et Territoires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s