Une Afrique en marche, par Guy Tillim, photographe

1
© Guy Tillim / MACK &Fondation  HCB

 

On peut trouver au Musée de la Révolution de Maputo une peinture panoramique commémorant l’indépendance du Mozambique vis-à-vis du Portugal, montrant l’arrivée triomphale dans la capitale des chefs de la guérilla.

Museum of the Revolution, tel est aussi le titre d’une série au long cours, d’une exposition à la Fondation Henri Cartier-Bresson, et d’un livre, du sud-africain Guy Tillim consacré à de grandes villes africaines témoignant par les personnages les traversant de leur mutation à l’heure de la globalisation des échanges.

Nous sommes à Abidjan, Johannesburg, Dakar, Accra, Dar es Salam, Nairobi, Luanda, Durban, Harare, Addis-Abeba, où le lauréat du prix HCB 2017 a installé son Hasselblad sur trépied, au milieu des passants, photographiant la vie telle qu’elle est, telle qu’elle va, dans sa complexe modernité.

2
© Guy Tillim / MACK &Fondation HCB

Le philosophe camerounais Achille Mbembe, cité à l’orée et à l’issue du bel ouvrage publié par MACK, a su pointer l’émergence d’une subjectivité africaine – s’autoriser à dire je loin de la pression des groupes sociaux ou identitaires -, s’émancipant du devoir de mémoire obligatoire, pour l’invention de chemins de vie plus neufs, plus inspirants.

Continuateur de Franz Fanon, l’auteur de Critique de la raison nègre (La Découverte, 2013) en appelle à l’ouverture des possibles en décolonisant, par-delà les changements politiques remplaçant des dominateurs par d’autres dominateurs, les imaginaires.

En cela, le travail de Guy Tillim, par sa beauté et sa pertinence, semble salutaire.

4
© Guy Tillim / MACK &Fondation HCB

Les photographies ont absorbé les bruits de la grande ville, nous permettant de regarder en toute quiétude le visage multiple d’une Afrique nouvelle, loin des clichés rejouant les mécanismes de subordination entre maîtres et ignorants.

Nous ne savons rien, ou pas grand-chose de l’Afrique, c’est notre chance, nous avons tout à apprendre.

Saisissant la chorégraphie des corps dans l’espace, Guy Tillim ne vole pas d’image, mais laisse chaque scène se poser doucement dans son rectangle de vision.

Anton-Lembede-Street-Durban-2016-1024x712
© Guy Tillim / MACK &Fondation HCB

Le photographe est là, au cœur de la foule, pur médium.

Des hommes en costume, des téléphones portables, l’un porte un livre. Personne à rattraper pour l’élégance.

Les rues sont parfois boueuses, frappées par la pluie, ballet de couleurs sur peaux noires.

Chaque image est un tableau nécessitant description, temps de lecture long, bonheur de méditation.

 

7
© Guy Tillim / MACK &Fondation HCB

Place des corps parmi les immeubles, les voitures, les arbres.

Place des objets sur le macadam.

Place des antennes satellitaires sur les façades.

La vie va son ordre, et c’est merveilleux, au-delà des explicitations sociales.

Guy Tillim outrepasse par la poétique de ses choses vues, à la façon d’un Hugo notant dans ses carnets petits et grands faits du jour, la simple logique documentaire s’attachant à son travail.

Les temps, temporalités, rythmes, se superposent – dans et entre chaque image, puisqu’ici prévaut une logique de montage et de découpage séquentiel.

6
© Guy Tillim / MACK &Fondation HCB

Temps du marché, temps des commémorations officielles, temps des publicités, temps des réseaux.

Babel marche, Babel est africaine, hautement désirable, de dos, de profil et de face.

Voici, entre 2014 et 2018, quelques sentiments de vie, quelques clartés de photographies, très lisibles et, au fond, sidérantes de mystère puisque tout bouge, puisque tout fuit, puisque tout est ligne irrattrapable et que toute rencontre véritable est de l’ordre d’un miracle.

f

Guy Tillim, Museum of the Revolution, MACK & Fondation Henri Cartier-Bresson, 2019, 136 pages

MACK Books

Adaptation A4 Tillim HCB.indd

Exposition éponyme à la Fondation Henri Cartier-Bresson (Paris), du 26 février au 2 juin 2019

Fondation HCB

main

Se procurer Museum of the Revolution

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s