Pathos, envoûtement indien, par Giorgio Negro, photographe

pathos-the-humanistic-photography-of-giorgio-negro-exibart-street-photography-12
© Giorgio Negro

Pathos est le premier livre du photographe suisse d’origine italienne Giorgio Negro né il y a six décennies.

Un premier livre, et un coup de maître, tant tout y est de vie intense, qu’il s’agisse des sujets représentés ou du cadrage, brut, ferme, de pur contact.

Sensualité des images, du noir & blanc, des chairs, de la vie nue.

foto1-1024x684
© Giorgio Negro

Impression de vie directe et de goût du corps-à-corps, bien loin de la distanciation sociale, nouveau totalitarisme du XXIe siècle.

Ici, on se touche, on se respire, on sue et jette des pluies de salive sur le chien qui passe, le bébé, la petite sœur, la concubine, le photographe.

Ici, on ne craint pas les beautés charnelles de la pellicule analogique, sans refuser le jeu souple du chiffrage numérique.

Giorgio-Negro-Urban-Pathos-_-PORT_08-1
© Giorgio Negro

Le Mexique, Cuba, le Pérou, le Brésil, l’Equateur, tels sont les pays rencontrés par Giorgio Negro, qu’il révèle dans toute leur force précapitaliste, indigène en quelque sorte.

Pas de moraline, mais la danse ininterrompue du bien et de son contraire, des fragments de réalité saisis à la façon d’Orson Welles : soif de l’existence, soif des peaux, soif de mystère, soif du mal.

Aucune explication, mais de l’irréductible, de la parole visuelle fondamentale.

pathos-the-humanistic-photography-of-giorgio-negro-exibart-street-photography-17
© Giorgio Negro

On est ici du côté du baroque et de l’expressionnisme, de la vie carnavalesque au sens ontologique, ou de la dépense à la façon de Georges Bataille.

Des visages, des animaux, des paysages forment Pathos, ce mot grec désignant la souffrance, si proche du nom de cet île où Saint Jean pensa l’Apocalypse, Patmos.

Il y a ici beaucoup de vie, parce qu’il y a beaucoup de morts, et des fantômes obsédants partout autour de soi.

pathos-the-humanistic-photography-of-giorgio-negro-exibart-street-photography-14
© Giorgio Negro

Envoyez la musique, on ne sera probablement plus là demain.

Priez chers frères, les missionnaires chrétiens vous ont spolié de vos croyances, et de votre salut.

Tout est beau, si poétique, et très empoisonné.

Un chien est couché dans la boue. Mort ou vif ?

pathos-the-humanistic-photography-of-giorgio-negro-exibart-street-photography-00-1038x692
© Giorgio Negro

Embrasse-moi, gringo, je te veux, tu es mon bonheur et ma malédiction.

Le ciel est en feu, la pluie est en feu, et seuls les oiseaux migrateurs auront la force de s’enfuir.

Tu as le visage bandé, tu hurles à la lune, tu es un déraciné.

GiorgioNegroAllAboutPhoto19-4
© Giorgio Negro

Un homme tient doucement la tête d’une brebis, avant de l’égorger sans cruauté.

Nous, humains, dormons dans la rue, ou dans la jungle, et sommes les bêtes d’un sacrifice vain.

Dans le non-sens advenu, un photographe est là, attentif, cherchant l’ordre dans le désordre.

Un peu partout sur la planète, solitaires et fraternels, Robert Frank a de beaux enfants.

Pathos_Cover2-1024x1024

Giorgio Negro, Pathos, texte (anglais) Ernesto Bazan, design Kevin Sweeney, BazanPhotos Publishing, 2019 – images imprimées en duotone – 1000 exemplaires

Site de Giorgio Negro

Pathos-by-Giorgio-Negro-6
© Giorgio Negro

BazanPhotos Publishing

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s