Mexico, ici habite le rouge, par Nicolas de Crécy, dessinateur, peintre

©Nicolas de Crécy / Louis Vuitton Malletier Artiste passionnant, Nicolas de Crécy, reconnu pour ses bandes dessinées au ton souvent ironique, voire sarcastique (la série des Léon La Came), est un esprit ne cessant de se déplacer dans sa pratique et ses curiosités. Dessinateur, scénariste, peintre, écrivain, l’auteur qui fut pensionnaire à la Villa Kujoyama…

La troublante beauté des eaux troublées, par Edward Burtynsky, photographe

 ©Edward Burtynsky Assez peu diffusée en France, l’œuvre du photographe canadien Edward Burtynsky, célébré dans le monde entier pour ses grands formats de paysages industriels, fait aujourd’hui l’objet d’une exposition – et d’un catalogue publié chez Hazan – au Pavillon Populaire de Montpellier. La réflexion est à la fois plastique et écologique, montrant avec beaucoup…

Les impromptus du jeu social, par Helen Levitt, photographe

©Film Documents LLC, courtesy Galerie Thomas Zander, Cologne Présente-t-on encore Helen Levitt, photographe américaine de grande classe décédée à New York en 2009 à l’âge de 95 ans ? Très attentive comme Walker Evans à l’humaine condition, elle a observé comme personne les enfants jouant dans la rue, dans des scènes à la limite du surréalisme,…

Panama City, loin des clichés, par Arturo Soto, photographe

© Arturo Soto On ne sait rien du Panama. On a des représentations du célèbre canal de 77 kilomètres, on pense malls géants où les habitants du Honduras, du Nicaragua, du Costa Rica, de la Colombie, viennent pour une interminable journée de shopping remplir leurs caddies, on voit des couleurs et des brochures publicitaires, mais…

L’esprit de la forêt, par Jeremias Escudero, photographe

Publié dans le cadre de la troisième édition des Rencontres photographiques de ViaSilva – conjointement à l’ouvrage Ce que pensent les lierres, de Mouna Saboni (texte Fabien Ribery) – De Agua présente le travail photographique réalisé par Jeremias Escuderos sur le site d’un chantier aux abords de Rennes (construction d’un écoquartier d’envergure) dont les différentes…

Pathos, envoûtement indien, par Giorgio Negro, photographe

Pathos est le premier livre du photographe suisse d’origine italienne Giorgio Negro né il y a six décennies. Un premier livre, et un coup de maître, tant tout y est de vie intense, qu’il s’agisse des sujets représentés ou du cadrage, brut, ferme, de pur contact. Sensualité des images, du noir & blanc, des chairs,…

Les destinerrances du photographe Bernard Plossu

« Bernard Plossu est un homme tellurique en quête d’une abolition de toute séparation avec le monde, dans la nostalgie des rochers, de la terre, des rivières, de la mer. La photographie est une tentative de reconquête de cet univers perdu, des retrouvailles avec ceux qui se pressent. Sentiment d’appartenance aux mouvements du monde. »…

Tu rêves de ce lieu, Voyage Voyages, une exposition au Mucem

J’entends le mot voyage, j’ouvre un volume de Nicolas Bouvier. Je tire de la bibliothèque le très beau Le dehors et le dedans, son unique recueil de poésie. J’ouvre au hasard : « Un peu de gris, un peu de pluie / et c’en est déjà presque trop / il faut chanter si bas pour…

Une mémoire de pierre, par Manuela Plossu, artiste multidisciplinaire

Il y a de petits Plossu qui sont de grands Plossu. Quand Bernard a décidé de devenir papa, il a ramassé de petits cailloux multicolores, les a photographiés, et a fait naître une fille. Des yeux comme des galets, des petits points sur la plage comme une peinture dans le sable d’Australie, voici Manuela, sa…

Nous ne sommes pas les derniers, par Sébastien Van Malleghem, photographe

« Je regarde toujours en face ce qui me révolte et me terrifie. » C’est un livre noir qu’il faut extirper d’une pochette tout aussi noire (enveloppe japonaise), fermée par une cordelette. C’est un livre difficile, impossible, que les enfants ne doivent surtout pas voir, et peut-être pas tous les adultes. Mexican Morgues, de Sébastien…

L’énigme et la beauté du temps arrêté, par Denis Roche, photographe

« Quand vous prenez une photo, quoi que vous fassiez, elle est remplie immédiatement, complètement. Vous ne pouvez pas soustraire le sujet à son environnement plein cadre. Vous ne pouvez rien y faire. Ce fait-là, j’ai besoin de le dire dans mes photos. Je ne suis pas un photographe de la décantation, plutôt de la sédimentation »…